Henry Thomas, l’acteur qui jouait le petit garçon dans E.T., fête les 40 ans du film et raconte comment il a vécu ce succès

écouter (3min)

Il avait dix ans lors du tournage et se retrouver star du jour au lendemain a été très difficile pour lui. C’est ce qu’il confie à l’occasion de la réédition du film "E.T. l'extrat-terrestre", expliquant avoir mis des années pour se détacher du personnage d’Elliott, enfermant pour lui mais inspirant pour des millions de spectateurs.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Henry Thomas avec une reproduction d'E.T. à Dortmund (Allemagne), le 7 décembre 2019. (NICOLE KUBELKA/GEISLER-FOTOPRESS / GEISLER-FOTOPRESS via MAXPPP)

Quarante ans après sa sortie, E.T. l'extrat-terrestre, le film aux quatre oscars est réédité avec un bonus de 45 minutes et à cette occasion, celui qui jouait le petit garçon protégeant l’extraterrestre, l’acteur Henry Thomas, se retrouve à en faire la promotion, "encore" dit-il à Insider. L’enfant-star a aujourd’hui 51 ans et explique qui n’en finit plus d’essayer de parler d’autre chose que d’E.T. Il avait dix ans pendant le tournage et ce film a marqué sa vie.

Du jour au lendemain, son quotidien d’enfant a basculé, des inconnus se sont mis à l'interpeller partout, temps le temps, il a totalement perdu son anonymat à l’école, dans la rue, partout. Résultat : il n’a jamais vraiment revu le film. La dernière fois, c’était il y a vingt ans, pour fêter, justement, les vingt ans de la sortie. Mais de son propre aveu, il n’a "pas regardé l’écran (…) Parce que, dès 1982, tout a été très dur pour moi, confie-t-il au magazine Insider, notamment adolescent, quand j’essayais de montrer que je n’avais plus dix ans, que j’étais un adulte en devenir, on me regardait toujours comme le petit Eliott qui fait du vélo."

La santé mentale, moins taboue qu'en 1982

Professionnellement aussi, il lui faudra des années pour tourner la page E.T. et jouer dans d’autres grands films comme Légendes d’automne avec Brad Pitt ou Gangs of New York de Martin Scorcese. "Il a fallu que je sois adulte, dit-il à CNN, pour mesurer le bouleversement qu’a été E.T, l’impact qu’il a eu sur les gens", son côté universel, intergénérationnel, intemporel. Henry Thomas revient aussi sur tout ce qui a changé en 40 ans. Les questions de santé mentale, par exemple, que personne ne pensaient aborder en 1982, contrairement à aujourd’hui où acteurs et actrices parlent sans tabou de la pression qu’ils subissent. Même chose pour les comportements abusifs sur les plateaux de tournage, vis-à-vis des femmes, vis-à-vis des enfants acteurs.

Un film sur "la capacité à se mettre à la place de l'autre"

Henry Thomas cite l’importance du mouvement #MeeToo, mais aussi le rôle des réseaux sociaux, pour le meilleur et parfois pour le pire. En quarante ans, les temps ont changé, mais ce qui n’a pas pris une ride en revanche, c’est bien le message du film de Steven Spielberg, impérissable, actuel en 1982 comme en 2022, "un message sur la compassion, résume Henry Thomas, la capacité à se mettre à la place de l’autre, de l’étranger, de l’étrange, capacité qu’au fond nous avons tous en nous."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.