L'étoile du jour, France info

Bryson, 8 ans, met ses Pokémon en vente pour sauver son chien, il attire des dons du monde entier

Ses parents ne pouvant pas payer les frais vétérinaires, le jeune Américain a décidé de vendre sa collection de cartes Pokémon. La photo du stand qu’il a installé devant chez lui a fait le tour du monde et provoqué des dons dépassant largement la somme recherchée.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Bryson Kliemann a 8 ans. Il habite la petite bourgade de Lebanon, en Virginie (États-Unis) et il a remué ciel et terre pour sauver son meilleur ami, Bruce, un croisé labrador noir de jais, âgé de quelques mois. Ils se connaissent depuis mars, lorsque des amis des parents de Bryson, dont la chienne a eu une portée, ont proposé de donner un chiot. Très vite, ils sont devenus inséparables. Le chien a même fini par éclipser la passion de Bryson pour les cartes Pokémon. Et puis, un matin, Bruce n’a pas voulu se lever, il a refusé de manger. L’après-midi aussi, le lendemain encore. Verdict du vétérinaire : il a contracté un parvovirus, une maladie qui touche les chiots non vaccinés. Ça se traite, mais pour environ 1 000 dollars… inenvisageable pour cette famille modeste.

En l’apprenant, le petit garçon fond en larmes. Mais comment payer les soins ? Comment trouver l’argent ? Bryson propose une idée à ses parents : vendre ses cartes Pokémon. Depuis ses quatre ans, il en a accumulé des centaines, minutieusement classées dans des boîtes. C’est toute sa vie d’enfant, tous ses cadeaux d’anniversaire, de Noël. Alors sa mère dit non. Mais Bryson a fait ses calculs, mis un prix sur chaque carte. Il décide donc de sortir la table de sa chambre, de l’installer sur le trottoir devant chez lui, avec une pancarte "Pokémon à vendre".

À partir de là, on peut parler d’un effet boule de neige. Les voisins viennent voir, puis leurs amis, puis les amis de leurs amis. En apprenant le but de la vente, certains suggèrent à la mère d’ouvrir une cagnotte sur internet. Et les dons décuplent, 27 000 dollars récoltés à ce jour, de l’argent venu des États-Unis, mais aussi de Chine, d’Australie, d’Irlande.

Émus, des employés de la filiale de Pokémon à Washington lui ont même envoyé un lot de cartes rares pour soutenir sa démarche, comme le rapporte la chaîne locale WCYB. À la fin, le chien va beaucoup mieux, le reste de l’argent est allé à des refuges locaux, et l’histoire de Bryson a fait le tour du monde : "héros", "cœur en or", "modèle de maturité". Une notoriété bienveillante mais lourde à porter quand on a 8 ans. "Je suis très content, mais je veux juste être un enfant", a-t-il dit à sa mère qui raconte l’histoire au quotidien USA Today, "je voulais juste sauver mon meilleur ami".