L'empire des séries, France info

Les séries les plus attendues de 2019 : une troisième saison pour "La casa de papel"

Cette semaine, dans l'Empire des séries, Laurent Valière revient sur les séries les plus attendues de 2019. On annonce malgré la fin du casse à la Fabrique de la monnaie espagnole une troisième saison pour La Casa de Papel de Alex Pina. Les deux premières saisons sont toujours disponibles sur Netflix.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
La tenue des braqueurs de la Casa de Papel est devenu le symbole de la lutte contre l\'ultra-libéralisme.
La tenue des braqueurs de la Casa de Papel est devenu le symbole de la lutte contre l'ultra-libéralisme. (NETFLIX)

L'an prochain, les fans de La Casa de Papel auront droit à une troisième saison. C'était le casse le plus long de l’histoire des séries télé : 22 épisodes, pour imprimer un milliard d’euros en billets à la Fabrique nationale de la monnaie en Espagne. Un braquage parfait à la Ocean’s eleven raconté en flash-back par une braqueuse. Le casse s’est achevé au bout de deux saisons, mais la série va en connaître une troisième. Le succès de La casa de papel est une surprise pour Alex Pina, vétéran de la fiction espagnole.

Après la série Vis-à-vis qui explorait déjà le thème de l’ambiguïté morale, il rêvait d’une fiction sur un braquage parfait, avec action à l’américaine, scènes à la Quentin Tarantino où on pointe ses revolvers sous le nez des adversaires, mais avec un point de vue féminin. Un casse qui soit aussi une critique sociale de l’Espagne actuelle. Il imagine avec sa femme ce groupe de huit malfaiteurs laissés pour compte portant un masque de Dali qui évoque V comme Vendetta et le mouvement Anonymous. Tous sont téléguidés par une éminence grise, dénommée "Le professeur". Pour corser le tout, on rajoute des intrigues amoureuses, dont la moins banale est entre ce dernier et l’enquêtrice.

Reformatage de la série initiale par Netflix en épisodes de 45 minutes

La série est produite pour la chaîne espagnole Antena 3. Netflix la reformate : les épisodes de deux heures sont redécoupés pour faire 45 minutes. Le buzz est mondial. La série devient symbole de contestation sociale : le masque de Dali est porté au carnaval de Rio, le vêtement rouge des braqueurs devient synonyme de l’insoumission à l’ultralibéralisme, et le chant révolutionnaire Bella Ciao du professeur remixé devient un tube de l’été.

Une troisième saison plus internationale

Maintenant que le braquage est terminé, les auteurs ont accepté de rempiler pour une troisième saison. Alex Pina annonce la couleur : autour du professeur, il faut désormais braquer un autre lieu, encore plus symbolique. Seule certitude, pour cette série non anglophone la plus regardée en 2018 à travers le monde, l'intrigue de la troisième saison devrait s’internationaliser.  

La tenue des braqueurs de la Casa de Papel est devenu le symbole de la lutte contre l\'ultra-libéralisme.
La tenue des braqueurs de la Casa de Papel est devenu le symbole de la lutte contre l'ultra-libéralisme. (NETFLIX)