L'empire des séries, France info

L'empire des séries. "The Witcher" : quand Netflix s'essaie à "Game of Thrones" en rajoutant de la magie

Netflix lance cette semaine "The Witcher" comme un possible successeur à "Game of Thrones". La série est inspirée de la saga littéraire du polonais Andrzej Sapkowski. Les moyens sont bien là, la série est belle et épique, dans un univers de fantasy réussi.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Henry Cavill est L\'ensorceleur
Henry Cavill est L'ensorceleur (KATALIN VERMES)

On pourrait penser au premier épisode avoir affaire à un nouveau Game of Thrones : il y a des batailles conséquentes, des morts à foison sur des terrains enneigés, une reine et un roi qui meurent, et les forces spéciales nilfgaardiennes en guerre contre les pays du Nord.  Mais c’est faire fausse route.

L'adaptation de la saga littéraire d'heroic fantasy d'Andrzej Sapkowski

The WItcher, la nouvelle série à très grands moyens de Netflix, est beaucoup moins ambitieuse en termes de narration. Et surtout, elle entre sur un territoire différent, celui de la magie. Son héros, le Sorceleur, a les yeux jaunes. C’est un mercenaire aux cheveux blancs, sans âge, payé pour tuer des monstres. Il y a aussi une magicienne, à quelques lieux ou années de là, au visage déformé qui descend des elfes. Et une héritière de trône déchue - presque une nouvelle Aria aux yeux verts.

The Witcher est l’adaptation d’une saga littéraire d’héroic fantasy signée du polonais Andrzej Sapkowski. Son univers a d’abord été adapté en jeu vidéo. La série, très belle, offre des paysages variés : des déserts aux forêts amazoniennes en passant par des villes médiévales. La première saison est disponible sur Netflix. 

Érotisme, batailles, têtes coupées et tours de magie

Comme Game of Thrones, la série ne lésine pas sur les corps dénudés, pourquoi pas une orgie, les têtes qui explosent ou qui sont coupées, Mais on y trouve d’effroyables créatures à deux, trois, quatre ou huit pattes cruelles, qui n’ont rien à envier à la bête d’Alien.La série se distingue aussi par un ton parfois décalé avec des personnages légers, tel un troubadour qui poursuit le héros.

Le Sorceleur, qui n’a rien d’un Jon Snow, est incarné avec virilité par l’ancien acteur de L’Homme de fer, Henry Cavill. Une série de belle facture, au rythme enlevé, au son de la musique médiévale, construite avec des épisodes indépendants d’une heure, à la différence de Game of Thrones. The Witcher réussit le tour de force bizarre de mélanger fantasy, magie, érotisme et humour, tout en nous captivant.  

The Witcher, la première saison est disponible sur Netflix. 

Henry Cavill est L\'ensorceleur
Henry Cavill est L'ensorceleur (KATALIN VERMES)