"HP" : bienvenue dans le monde de l'hôpital psychiatrique

écouter (3min)

OCS diffuse la deuxième saison d'une série à la fois drôle et dramatique : "HP". Une plongée dans un univers hospitalier méconnu, à la fois burlesque et politique. 

Article rédigé par
Laurent Valière - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Tiphaine Daviot est Sheila, une jeune interne dans un hopital psychiatrique (Lincoln TV)

Après Hippocrate, la série qui plonge à l’intérieur de l’hôpital en France, voici avec moins de moyens, une série qui nous fait entrer cette fois dans l’univers d’un hôpital psychiatrique, HP

Un malade enfile une blouse et se prend pour un médecin qui reçoit des patients. Un personnage victime du syndrome de Cotard, est persuadé d’être mort. Un homme s’imagine en roi. La série, à la fois drôle et dramatique, raconte l’envers du décor : le burn-out des internes, la culture du chiffre à l’hôpital et le travail des médecins.

Et au milieu, Sheila, jeune interne, formidablement interprétée par Tiphaine Daviot, avec ses grands yeux noisette et sa candeur. C’est elle qui nous fait entrer dans l’univers de l’hôpital psychiatrique. Et c’est ce thème qui l’a d’abord intéressée :

"L’hôpital psychiatrique, c’est vraiment quelque chose qu’on connaît tous, de plus ou moins loin, mais qui fait en réalité partie de la vie intime de plein de gens, mais dont on ne parle jamais. Quelque chose d’honteux, de bizarre, d'étrange. Et je trouvais cela super de parler de cela."

Tiphaine Daviot

à franceinfo

"Autant il y a beaucoup de fictions autour de l’univers hospitalier, mais pas tant sur l’hôpital psychiatrique. Là, il y a quelque chose qui est plus compliqué avec l’humain, et que je trouvais hyper intéressant," précise la jeune actrice.

Une série fine, toujours à cheval entre drame et comédie

"C’est ça qui est chouette aussi dans l’hôpital psychiatrique, ajoute Tiphaine Daviot, c’est toute la poésie que ça raconte aussi, parce qu’il y a quelque chose de fou, toutes les pathologies dont on parle, à chaque fois, sont de vraies pathologies, et à la fois ce sont des gens qui vont mal et qui sont en détresse, et en même temps, parfois, c’est quand même hyper beau aussi, ou étonnant, ou burlesque."

C’est la deuxième saison de HP, une série de 10 épisodes de 30 minutes disponibles sur OCS. Une deuxième saison plus sombre selonTiphaine Daviot.

"Elle est plus politique. On descend un peu avec Sheila, on la suit dans sa descente, qu’on pourrait presque dire aux enfers. Elle s’en prend plein la gueule dans cette deuxième saison, et c’est à l’image aussi de l’hôpital qui est décrit d’ailleurs comme un malade, à un moment donné, par un des patients qui essaie de soigner l’hôpital. C’est un peu 'Titanic' quand même."

Une série à la fois touchante et comique formidablement jouée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.