"Hellbound", la nouvelle série sud-coréenne de Yeon Sang-ho sur Netflix

écouter (3min)

Des créatures censées venues sur terre punir les mécréants, une secte dénommée "La Nouvelle Vérité", des extrémistes qui usent des réseaux sociaux de façon effrayante : la nouvelle série de Yeon Sang-ho, le réalisateur de " Dernier train pour Busan", interroge la foi et le monde actuel. 

Article rédigé par
Laurent Valière - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des créatures effrayantes (NETFLIX)

Décidément, les séries sud-coréennes aiment jouer à se faire peur. Après le succès de Squid Game qui racontait le jeu mortel auquel se prêtaient des dizaines de coréens endettés, pour remporter un jackpot faramineux, dans Hellboundc’est au tour d’une jeune mère de deux enfants d’accepter la coquette somme de 3 milliards de won pour voir sa sentence de mort filmée. Une mort promise par des démons brutaux. Un spectacle regardé non seulement par les membres d’une secte mais aussi par les chaînes de télévision.

Une série à l'ésthétique léchée

Hellbound, la nouvelle série sud-coréenne de six épisodes, disponible sur Netflix, est l’adaptation efficace et aussi terrifiante d’un manga signé Yeon Sang-ho qu’on avait découvert à travers son thriller d’horreur, Dernier train pour Busan.

Cette fois, la série se déroule à Séoul. En pleine journée, un homme qui a reçu une sentence de mort attend avec angoisse, à la cafétéria, l’heure fatidique. Il se voit littéralement violenté et pulvérisé dans la rue par trois énormes colosses. Dehors, les habitants sidérés filment la séquence sur leurs téléphone portables, et la relaient sur les réseaux sociaux.  

Un ancien policier et une avocate très rationnels se mettent à enquêter sur cette mort surnaturelle. Et rencontrent, notamment, un impassible patron de secte dénommée "La Nouvelle Vérité". C’est lui qui offre la prime à la jeune mère. Derrière le doux agneau, un sordide homme sectaire. Et au milieu, des extrémistes prêts à dénoncer sur les réseaux sociaux toute personne qu’ils jugent non morale.

Une secte et des morts effrayantes 

La série Hellbound en six épisodes se déroule sur plusieurs périodes en fait. Avec cette secte et ces morts effrayantes en fil conducteur. On a l’impression que Netflix aime bien actuellement proposer des séries sur la religion et les croyances ; après le troublant Messie qui n’a connu qu’une saison, on plonge à nouveau avec maestria et multe effets spéciaux dans le surnaturel.  

Une série qui questionne aussi l’influence des réseaux sociaux et les vendettas qu’on peut y lancer. Une série éprouvante, comme toujours à l’image léchée, qui résonne particulièrement avec notre monde actuel.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.