Cet article date de plus de huit ans.

Pas évident de simplifier l'organisation territoriale en France

écouter (20min)
C'est une histoire de gros sous parce qu'il s'agit d'une histoire de pouvoir, de pouvoirs locaux qu'il est difficile à partager ou à abandonner. 
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Savez-vous
ce que représente dans le budget de l'état, la part du financement des
collectivités locales ? C'est 30% du budget de l'état qui est distribué entre les municipalités, les conseils
généraux et les conseils régionaux. C'est donc 
au moment où l'état veut réduire son train de vie une source d'économie
colossale.

Moins de
département, moins de régions et des compétences pour chacune de ces entités plus claires et plus ciblées. C'est sur
le papier et en théorie l'assurance d'être plus efficace  et plus
économe. Car cela
permet notamment de travailler sur de plus grandes échelles et de fusionner des
services. Par exemple, pour être concret, les régions s'occupent des lycées, les départements, des
collèges. Il y a donc
des services qui font presque la même chose dans ces deux institutions puisqu'ils s'occupent tous les deux de bâtiments qui ne sont pas très
différents.

L'ambition
du gouvernement, c'est donc bien de s'ataquer au mille-feuille
territorial.

Ce matin, Jean-Marc-Ayrault, le Premier ministre  a évoqué la fusion des départements les
plus proches de Paris avant de préciser quand même, dans l'après-midi, que ce
serait au Parlement d'en décider et que la fusion des départements n'était
pas un modèle pour toute la France. En  tant qu'ancien maire de Nantes, il a répété ce matin qu'il restait opposé à
la fusion de la région Bretagne et des Pays de la Loire.

Quand il
s'agit de passer aux travaux pratiques, c'est effectivement bien plus
compliqué.

 

Eh oui! qui
garde le pouvoir dans ces fusions. réorganisations ? Quelle majorité pourrait
par exemple sortir de la fusion des départements autour de
Paris? Si cette
fusion avait lieu aujourd'hui, il y a deux départements franciliens avec une
majorité à gauche, un département avec une majorité communiste et un
département avec une majorité UMP, c'est celui
des Hauts de Seine. Et en région
parisienne, si la fusion des départements est particulièrement
d'actualité, c'est parce
que si vous habitez à Paris ou autour de Paris, vous avez donc, pour vous
occuper de votre quotidien:  votre maire, votre député, votre conseiller général...
votre conseiller régional et bientôt une
structure de plus, la Métropole du Grand Paris. Et dans
cette histoire, certaines structures s'occupent des mêmes
domaines.

L'autre
question délicate, dans ces simplifications du mille-feuille
territorial. C'est la
réduction du nombre d'élus.

Et là, les
plus grands partis sont tous concernés, Le Parti
socialiste, bien plus aujourd'hui que l'UMP est une PME
d'élus. Conseillers
municipaux, conseillers généraux, conseillers régionaux. ça fait du monde. Un
réseau efficace pour mailler le territoire et des forces non négligeables quand
il faut mener des campagnes électorales notamment relayer sur le terrain les
campagnes nationales.

La droite
avait voté avant 2012 la création des conseillers territoriaux qui auraient à
la fois siégés au département et à la région. Cela faisait
passer d'environ 5.800 élus à 3.500 élus. Mais la
gauche, en arrivant au pouvoir est revenu en arrière pour redessiner
finalement les cantons et imposer une parité absolue dans les conseils
généraux et revenir exactement au même nombre d'élus. Au passage,
ça lui a permis de sortir les ciseaux  et redécouper la carte
électorale. Le Parti socialiste sera donc confronté  à de très nombreuses réactions sur le terrain... y
compris de son propre camp.

C'est aussi
pour ça que François Hollande sur cette réforme s'est donné un peu plus de
temps que pour son pacte de responsabilité avec les
entreprises.

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.