Cet article date de plus de sept ans.

François Hollande planifie la suite de son quinquennat

écouter (20min)
Ce lundi, à l’occasion de la Fête du 14 juillet, le chef de l'Etat répondra aux questions de Gilles Bouleau et David Pujadas lors d'une interview télévisée. Le président de la République veut profiter de ce rendez-vous pour marquer une nouvelle étape.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

 Le 14 juillet conclura la séquence lancée le 14 janvier, sur l’accélération des réformes. Car François Hollande ne veut pas entendre parler de virage, juste d’une accélération, sans changement de cap de sa politique. D’ailleurs, lundi prochain, le chef de l'Etat devrait une nouvelle fois justifier ses choix.

Ses détracteurs l’accusent de gouverner en zig-zag, au gré des coups de vent d’une tempête économique qui ne cesse de le surprendre. François Hollande prétend, au contraire, qu’il creuse invariablement le même sillon, destiné à inverser, ou au moins d’abord à stabiliser,  la courbe du chômage. Après avoir accéléré son pas en janvier, il considère cette séquence achevée.

2015 : année de la vie quotidienne

C'est un peu comme s'il avait semé, et qu'il lui fallait attendre que les graines germent pour récolter. Mais le rythme politique ne connaît pas l’attente. François Hollande va donc ouvrir de nouvelles pages d’action, en 2015 et 2016.

2015 devrait être l’année de la vie quotidienne, avec la discussion de diverses lois consacrées à des préoccupations proches des Français : comme la facture énergétique, la dépendance (que le président préfère appeler levieillissement), la réforme hospitalière, les mesures annoncées hier par Arnaud Montebourg, ou encore le logement.

François Hollande devrait également parler des affaires de justice, alors que les affaires de l’UMP font la une. Il ne pourra pas éviter la question. Surtout que Nicolas Sarkozy accuse la justice d’être instrumentalisée. François Hollande défendra l’indépendance de cette institution. Il devrait se poser comme le garant de cette indépendance, celui qui protège l’institution, face à son ancien rival qui à ses yeux alimente la défiance.  

2016 : chantier sur les institutions

Un chantier touchant les institutions devrait être organisé en 2016, dans le droit fil des engagements du candidat.

Avec la réforme du conseil de la magistrature, de la cour de justice de la République, le statut pénal du chef de l'Etat, mais aussi le droit de vote des étrangers aux élections locales, la proportionnelle aux législatives, voire le nombre de députés à l’Assemblée.

 

François Hollande va donc délivrer son plan de travail pour les deux prochaines années, avec Manuel Valls à Matignon. François Hollande considère que Manuel Valls accomplit la mission qui lui a été confiée. Il « cheffe », comme dit le Premier ministre. C'est-à-dire que son style est plus présent et mieux compris que celui de son prédécesseur.

François Hollande souligne toujours la loyauté et la fidélité de Jean-Marc Ayrault, mais il dit apprécier la présence médiatique de Manuel Valls. Comme si cette réussite servait ses propres intérêts, plutôt que l’inverse. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.