L'édito politique, France info

François Hollande accélère dans le tournant

Le calendrier de l'action gouvernementale se précise. Le vote de confiance sur le pacte de stabilité devrait intervenir entre le 25 mai et le 30 juin. Le projet de loi sur la décentralisation devrait être présenté en conseil des ministres au début du mois d'avril, pour être adopté avant la fin de l'année. Pourquoi cette accélération, revendiquée par le président de la République ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

François
Hollande a accompli le premier tiers de son mandat. Il a  imposé pas mal d'efforts aux Français, il est
grand temps qu'il commence à expliquer qu'ils ne sont pas vains.  

L'accélération correspond donc à un sursaut ?

Oui, un
sursaut en direction des entreprises, pour leur dire qu'elles ne doivent pas se
sentir oubliées par le pouvoir en place depuis 30 ans.

Au
contraire, elles font partie du dispositif.

Un sursaut
en direction des collectivités. Avec un projet de loi dans l'année.

Un sursaut
envers le monde de la justice Le projet constitutionnel sur l'indépendance de
la justice est relancé. Alain Vidalies, le ministre des relations avec le Parlement
assure que le Président le remettra sur les rails après les prochaines
élections. Ces scrutins brident un peu la liberté de vote nécessaire à son adoption
au centre.

Un sursaut
envers les Français  enfin, avec le
projet de loi sur le non cumul, adopté cet après midi. Jean-Marc Ayrault insiste
sur le fait qu'il s'agit d'une promesse du candidat Hollande tenue par le président.

Que peut espérer François Hollande de ce
sursaut ?

Pas grand-chose,
tant que le chômage ne baisse pas de façon durable.

Il s'agit
surtout d'une redéfinition des rôles au sommet.

Il n'en
sortira rien dans un premier temps. Mais il en serait ressorti une situation politique
à haut risque si cette redistribution n'avait pas eu lieu. 

(©)