EDITO. Réforme des retraites : la plupart des députés Renaissance ont déjà tourné la page d’Elisabeth Borne à Matignon

Alors qu’Elisabeth Borne continue ses consultations, les députés du groupe Renaissance se retrouveront demain en séminaire pour essayer de se relancer… L'édito de Renaud Dély.
Article rédigé par Renaud Dély
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Elisabeth Borne quitte l'Elysée à Paris, le 8 mars 2023. (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP)

C'est quasiment une psychothérapie de groupe, voire un stage de survie tellement les députés macronistes ont le moral dans les chaussettes. Ils n’étaient déjà pas flambants, le recours au 49-3 les a achevés. Tous ou presque souhaitaient que la réforme des retraites soit soumise au vote. En refusant l’obstacle au dernier moment, Élisabeth Borne les a franchement fâchés.

>> Affaire McKinsey : une ancienne cadre décrit "des prestations qui auraient dû être facturées et déclarées" dans les comptes du candidat Macron

Depuis, nombre d’entre eux ont été bousculés et parfois même menacés dans leurs circonscriptions. Et ça fait deux semaines qu’ils traînent leur spleen. Un déjeuner, puis un après-midi de travail en commun ne seront donc pas de trop pour essayer de retrouver des couleurs.

La plupart ont même déjà tourné la page d’Élisabeth Borne à Matignon. Les députés Renaissance ne croient guère à la capacité de la Première ministre de retrouver des marges de manœuvre, voire d’élargir les contours de la majorité. Les consultations politiques qu’elle conduit cette semaine ne soulèvent guère d’espoir. Son entrevue avec les syndicats demain pas davantage. Il y a comme une ambiance de fin de règne. Et beaucoup de parlementaires misent sur un remaniement qui surviendrait, après la décision du Conseil constitutionnel, soit entre le 15 avril et le 15 mai.

Pas envie de retourner aux urnes

Cela ne suffirait pas forcément pour remonter le moral des députés de la majorité. Mais, au moins, un remaniement ramènerait un semblant d’ordre alors que la communication du gouvernement sème le doute au sein du groupe. Et parfois même la consternation comme l’initiative prise par Marlène Schiappa de parler et de poser dans Playboy.

Seulement voilà, comme le confiait un député Renaissance lundi 3 avril, comment reprocher à la secrétaire d’Etat sa communication quand l’exemple vient d’en haut. Puisqu’Emmanuel Macron a choisi lui d’accorder une interview à Pif… Dans un système vertical où tout ou presque vient d’en haut, c’est-à-dire de l’Élysée, la moindre défaillance du sommet a des répercussions à la base. Enfin, il y a au moins un choix récent d’Emmanuel Macron qui a beaucoup d’heureux au sein du groupe Renaissance. Visiblement, le chef de l’Etat n’a pas l’intention de dissoudre l’Assemblée. Et au vu du climat politique, pas un seul député de la majorité n’avait envie de retourner aux urnes en ce moment.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.