L'édito politique, France info

Christiane Taubira est autant un atout qu'un problème pour la majorité

Christiane Taubira est la caution de gauche du gouvernement de Manuel Valls, une caution ingérable et finalement très fragile. Un problème et un atout en même temps.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Olivier Bost © RF)

Lundi soir, la ministre de la Justice s’est fait retoquer un amendement à la loi sur le renseignement. Il s’agissait d’empêcher les écoutes des surveillants de prisons, lors d’interceptions de communication. Au moment du vote, un axe entre des députés de l’UMP, de l’UDI et du Parti socialiste ont rejeté l’amendement. A la manœuvre, ça n’aura échappé à personne dans l’hémicycle, il y avait le rapporteur du texte, Jean-Jacques Urvoas, un très proche de Manuel Valls. A une autre époque, on aurait appelé cela un** couac et on se serait interrogé pendant plusieurs jours sur un nécessaire remaniement au gouvernement.

Ça ne s’est pas du tout passé comme ça, car Christiane Taubira n’a pas réagi. Elle n’est pas allé dans un média crier son indignation et dire tout le mal qu’elle pense de cette loi sur le renseignement. Car c’est ce qui se raconte et notamment dans les pages du Canard Enchaîné . La semaine dernière, la garde des Sceaux aurait estimé que cette loi était aux antipodes de ses idées. Christiane Taubira est donc toujours sur le fil. Elle est un élément d’insécurité total pour François Hollande et Manuel Valls puisque ni l’un ni l’autre ne maîtrise ce moment où elle fera un coup d’éclat.

Importante pour une partie de l'électorat déçu de François Hollande

Eh bien, cela part de ce fait divers sordide,la petite Chloé kidnappée, violée, tuée à Calais. L’UMP a publié un communiqué jeudi après-midi qui demande des comptes à Christiane Taubira. La garde des Sceaux pour Georges Fenech, député en charge de la justice à l’UMP, doit s’expliquer devant les Français, expliquer les dysfonctionnements de la justice. Le martyr de la petite Chloé doit alerter sur les graves conséquences du désarmement actuel de la politique pénale écrit encore Georges Fenech.

Le Front national, Steve Briois, s’interroge aussi sur le laxisme d’Etat. Christiane Taubira est donc aussi ce symbole de gauche. Celle qui fait renaître instantanément les clivages sans avoir rien à dire. C’est un atout indéniable pour le pouvoir. Elle peut, avec son positionnement à gauche, rassembler mieux que ses amis démissionnaires, Benoît Hamon, Arnaud Montebourg ou Aurélie Filipetti. Pour une partie de l’électorat déçu de François Hollande elle reste importante.

Christiane Taubira restera au gouvernement jusqu’au bout

J’ai posé quelques fois la question à ses collègues ministres. Eh bien, aucun n’est capable de répondre par oui ou par non. La seule certitude, c’est que si elle claque la porte du gouvernement, ce sera à un moment où personne n’y songera. Si personne n’exclut, a priori, un coup d’éclat, c’est qu’objectivement si l’on regarde le bilan de Christiane Taubira en dehors de ses envolées pour le mariage pour tous, la garde des Sceaux a surtout, comme elle l’a dit selon le Canard Enchaîné avalé des couleuvres de plus en plus grosses.

Sur la réforme pénale, comme sur la loi sur le renseignement, elle n’a pas imposé son point de vue. À chaque fois Manuel Valls l’a emporté. Christiane Taubira, c’est donc la caution de gauche, une caution ingérable et finalement très fragile. Un problème et un atout en même temps.

(Olivier Bost © RF)