L'âme olympique, France info

La gestion de l'énergie

La vie de chacun ressemble souvent à une vie de sportif de haut niveau. On se fixe des nouveaux challenges, on a tous des objectifs de vie bien déterminés. Cécilia Berder, membre de l’équipe de France d’escrime, nous explique dans "L'âme olympique", comment mieux gérer son énergie.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Cécilia Berder. © MaxPPP)

Einstein l’a bien expliqué, E=mc2. "E" c’est l’énergie, alors si on multiplie la masse "m" d'un corps par la constante physique "c" au carré alors on obtient l’énergie. Limpide...

Bon si comme moi, vous n'êtes pas des experts de la physique d'Einstein, vous connaissez quand même les coups de fatigue. On termine la journée sur les rotules et on enclenche le mode pilotage automatique. On est juste capable de donner des ordres basiques à notre corps "marche et rentre à la maison" . Et là, imaginez que votre téléphone sonne, un proche vous appelle et vous annonce une incroyable bonne nouvelle. La fatigue n'existe plus, votre corps est maintenant en ébullition. Vous débordez d’énergie! D'où nous vient alors ce regain de forme?

Les 5 sources de l'énergie

Notre corps est capable de puiser l’énergie dans 5 sources. La première est celle qui nous fait venir au monde, l’énergie reçue des parents : le flux de nos ancêtres. Les hormones sont aussi une grande source d’énergie. L’exemple du coup de téléphone  le prouve. Les hormones agissent comme un coup de boost. Après il y a aussi l’alimentation, l’oxygène de l’air et l’environnement naturel.

Réguler son énergie

L’angoisse pour beaucoup de sportifs est d’avoir un coup de fatigue inattendu en plein match. Quand j’étais plus jeune, on me disait souvent, "canalise toi, le match tu peux le gagner en gaspillant moins d’énergie" . Il était difficile pour moi d'entendre cela car je considère que le match se gagne en étant à fond de la première à la dernière touche.

En fait avec l’expérience, je suis toujours à fond sur mes matchs, mais entre chaque assaut je fais redescendre ma tension nerveuse via des étirements, de la méditation et un peu de musique dans les oreilles. Grâce à cela, je maximise la production d’énergies positives.

Apprendre à réguler son énergie est également important car l’énergie produite et non consommée se retourne souvent contre nous.

On a déjà tous connu ce retour de bâton: on se prépare pour un rendez-vous, cela crée de l’adrénaline qui nous donne de l’énergie. L’entretien est annulé à la dernière minute. L’énergie non consommée se transforme alors souvent en colère ou en abattement.

Supprimer les sources énergivores

Il est également important de supprimer les sources énergivores. C'est tout ce qui nous fait consommer trop d’énergie. Chacun d'entre nous doit être en mesure d'identifier ses propres sources énergivores. Par exemple, en compétition et même dans la vie, je fuis les gens aigris et râleurs et je me colle à des personnes positives et optimistes, comme on chargerait un portable sur une prise.

Aussi, l’alimentation est primordiale pour recharger les batteries. Mais la digestion peut être très énergivore. Manger de manière variée et équilibrée est une chose mais il est surtout important de prendre le temps de mâcher. La digestion est facilitée et notre corps consomme moins d’énergie.

C'est évident, cela va nous arriver encore d’être fatigué car l’énergie est épuisable. On pourra toujours s’inspirer de la nature, des vagues, du vent, de la faune ou de la flore qui ne sont jamais fatigués et ce sera à nous de trouver les bonnes ressources car l'énergie est aussi renouvelable à l’infini.

(Cécilia Berder. © MaxPPP)