Que vaut "Far Cry 6", dernier opus de la série d'Ubisoft ?

écouter (3min)

"Far Cry" 6 est sorti le 7 octobre. Que vous propose ce jeu et vaut-il le détour ? Réponse avec notre expert, Brice N'Guessan.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Scène de guérilla urbaine dans Far Cry 6, dernier opus de la série reprise par Ubisoft sorti le 7 octobre 2021. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Après trois ans d'attente, c'était une sortie attendue, le 7 octobre : celle du nouveau Far Cry, sixième opus de cette série reprise par l’éditeur français Ubisoft, disponible sur PC et consoles. Oubliez les terres américaines, Far Cry 6 propose une nouvelle histoire originale qui vous emporte sur l’île de Yara.

Il fait beau, ça sent le sable chaud, mais pas question de siroter un mojito puisque cette île clairement inspirée de Cuba vit des heures sombres. Alors Far Cry 6 vaut-il le détour ? Réponse avec Brice N'Guessan, directeur de la rédaction de Jeux Vidéo Magazine. 

franceinfo : Far Cry 6, c'est l'histoire d'une île et d'un dictateur contesté, qui veut garder le pouvoir ?

Brice N'Guessan : Oui, et pour incarner ce dictateur, l’éditeur français a fait appel au charismatique Giancarlo Esposito, acteur iconique de la série Breaking Bad qui incarnait Gustavo Fring. Dans Far Cry 6, il est le grand méchant, Antón Castillo, prêt à tout pour garder le contrôle de son pays et lui redonner la place qu’il mérite sur la scène internationale.

Et pour cela, il compte sur la production du Viviro, un médicament révolutionnaire contre le cancer qui pourrait séduire la planète entière. Malheureusement il est cultivé dans des champs où le peuple est exploité.

C’est donc un pays sous tension que vous découvrez lorsque vous débutez le jeu dans la peau de Dani Rojas, ex-soldat qui rejoint le groupe révolutionnaire Libertad qui espère bien renverser le gouvernement.

A la manière de jeu comme GTA ou encore Assassin’s Creed on est ici dans un vaste monde ouvert ?

Oui, l’île de Yara mélange avec brio villes et villages, jungles, champs ou encore montagnes. C’est dans ces lieux que vous allez vous battre pour rallier à votre cause d’autres révolutionnaires. Pour lutter contre le régime vous aurez à votre disposition des armes bien sûr, mais aussi des moyens de locomotions divers et variés : voitures, quads, avions, hélicoptères… Et selon les missions, vous aurez la possibilité de faire parler la poudre ou privilégier l’infiltration.

Le jeu est loin d’être austère et Far Cry 6 aime manier l’humour et le second degré...

En effet, Far Cry 6 aime jouer le décalage. Alors certes on mène une révolution et tout cela est très sérieux mais ça n’empêche pas notre héros d’avoir au cours du jeu un animal pour l’accompagner, Chorizo le chien, Guappo le crocodile ou encore Chicharrón le coq. Cette facette décalée, on peut la retrouver avec certaines armes comme ce lance CD mortel qui joue la Macarena lorsque vous tirez. Bref, Far Cry 6 c’est un univers singulier, vous l’aurez compris.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.