La saga de Bigben, société française créée en 1981 à Lille

écouter (3min)

Le rendez-vous "Jeux vidéo" avec "Vidéo Jeux Magazine" avec l'histoire de Bigben, entreprise française cofondée en 1981 par Alain Falc et Guilaine Ringard, à Lesquin, près de Lille, aujourd’hui spécialisée dans la distribution d'accessoires pour consoles de jeux vidéo, ainsi que dans la distribution de jeux vidéo en Europe.

Article rédigé par
Benjamin Fontaine - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Sortie prévue de "Steelrising", le nouveau jeu d’action réalisé par le studio français Spiders : juin 2022.  (NACON, BIGBEN INTERACTIVE)

Brice N’Guessan, directeur de la rédaction de Jeux Vidéo Magazine évoque aujourd'hui dans ce rendez-vous hebdomadaire sur les jeux vidéo, une entreprise française peu connue du grand public. 

franceinfo : Bigben, c'est une société française qui a plus de 40 ans et qui a été créée dans le nord ?  

Brice N'Guessan : Oui, en 1981, dans le nord de la France, à Lesquin près de Lille. Alain Falc, 22 ans, est à la recherche d’un emploi saisonnier qu’il ne trouvera jamais. Le jeune homme est bien décidé à travailler, et coup du sort, un ami lui propose de vendre les montres d’un grossiste.

Le voilà à arpenter les marchés du nord de la France. Une activité qu’il poursuivra le week-end en même temps que ses études d’ingénieur électronique avant de s’investir pleinement dans Bigben, le nom de sa société, en référence à la tour de l’horloge londonienne.  

Et c’est le début des montagnes russes pour le jeune entrepreneur…

Au cours des 30 années qui vont suivre, Bigben n’aura de cesse d’évoluer, connaissant aussi bien le succès que les déboires. Le marché de la montre devient hautement concurrentiel, et c’est en se tournant vers le jeu vidéo que l’entreprise va prendre une autre dimension. Importation de jeux vidéo japonais et américains dans les années 90, développement d’accessoires pour consoles PlayStation, rachat de stock de jeux SEGA. 

Tout n’est pas maîtrisé, et au milieu des années 2000, le dépôt de bilan guette. Alain Falc va redresser le navire et en 2013, lui qui vendait autrefois des montres veut à présent développer des jeux.  

Et les débuts sont laborieux, la qualité n’est pas toujours au rendez-vous ? 

Pour en effet rehausser la qualité de ses jeux, il faut investir, et cet investissement va se faire par le rachat de studios. Aujourd’hui réunis sous sa filiale Nacon, Bigben possède 14 studios de développement.

Ne pouvant lutter avec les mastodontes du secteur, il cible malin en s’adressant à des niches, avec des jeux comme Tour de France, Pro Cycling Manager, Skate Sim ou encore le rallye avec WRC, ou plus tendance, Chef Life, un jeu culinaire où vous devez décrocher une étoile Michelin.

Mais il a désormais la volonté de toucher un plus large public grâce à des licences cultes comme Zorro qui sortira le mois prochain, ou encore enfin d’année Gollum, tiré de l’univers du Seigneur des Anneaux.

Il y a aussi des créations originales très attendues par les joueurs…

A commencer par Hell is Us (L’Enfer, c’est nous), un jeu qui sort des sentiers battus au scénario noir dans un pays en pleine guerre civile où l’homme est dépeint comme le pire des démons.

Tout aussi original et attendu, (juin 2022) Steelrising, un jeu d’action développé par le studio français Spiders, va transporter les joueurs en 1789, au cœur d’une Révolution française revisitée, où le roi Louis XVI décide de réprimer les contestataires, grâce à une armée d’automates. Des titres prévus sur la nouvelle génération de consoles et PC.   

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.