Cet article date de plus de quatre ans.

Jeux vidéo. Nintendo invente la première console de salon nomade de l’histoire

écouter (3min)

Après l’échec public de la WiiU, la firme japonaise mise tout sur une nouvelle machine baptisée la Switch, une console de salon hybride, à la fois casanière et nomade.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La console Nintendo Switch (Jean Zeid)

Tout-en-un

Elle sera disponible le 3 mars prochain en France au prix de 330 euros et avec cette Switch, Nintendo invente tout simplement la première console de salon nomade tout-en-un de l’histoire. Un rêve pour beaucoup de joueurs. Débuter une partie dans son salon, puis continuer le même jeu dans les transports par exemple, sans sacrifier à la qualité visuelle. On joue au même jeu.
Le design de cette Nintendo Switch qui joue avec les gris est discret, menu même, mais sans rien perdre en élégance ludique. A noter, un contrôle parental original et précis via smartphone.

Une console de salon qui cache en réalité un socle où se loge un écran de belle facture. Une fois sorti de son écrin, il devient une console portable et en quelques secondes, la partie interrompue sur grand écran prend vie sur le petit. Bluffant. Mieux encore, aucune déperdition n’est à noter dans ce switch jeu de salon, jeu portable. Jamais une machine n’avait poussé le concept de nomadisme à ce point.
Autre atout, les deux petites manettes baptisées Joy-Con fournies avec la console et que l’on clipse au petit écran pour compléter sa chrysalide mobile. Des Joy-Con qui cachent quelques innovations comme un système de vibration à la finesse inégalée.

Les choses qui fâchent

Des petites manettes qui permettent de jouer à plusieurs où que l’on soit, favorisant la convivialité, sans oublier un accéléromètre et un gyroscope intégrés pour capturer les mouvements du joueur façon Wii. Mais cette forêt de qualités ne cache pas les choses qui fâchent. Son prix déjà, plus de 300 euros, pour une machine moins puissante que la concurrence, sans oublier des accessoires onéreux. A noter la mince autonomie de l’écran portable, de 2h30 à 6h maximum.

Et puis il y a ce manque de jeu

Certes le nouveau Zelda sous-titré Breath of the Wild et disponible, comme la console Switch en mars, semble flamboyant. Le futur Super Mario Odyssey promet de son côté un joli retour du plombier moustachu. Mais les autres éditeurs semblent bien frileux à proposer des aventures inédites aux futurs possesseurs de la Switch. Reste le culot intact de Nintendo à vouloir réinventer sans cesse le jeu vidéo.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.