Le magazine "Point de Vue" se lance dans la vidéo à la demande

écouter (8min)

La nouvelle plateforme propose des fictions et des documentaires souvent inédits en France sur les têtes couronnées et les stars.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Adélaïde de Clermont-Tonnerre, la directrice de la rédaction de "Point de vue". (CAPTURE ECRAN / FRANCEINFO)

Depuis 1945, Point de Vue raconte la vie des familles royales mais aussi des artistes et des grands personnages historiques. L’heure est maintenant à la diversification avec le lancement d’une plateforme de vidéo à la demande baptisée Point de vue TV. Elle propose 100 heures de programmes, des fictions et des documentaires, pour 4,99 euros par mois, avec une offre promotionnelle de Noël à 3,99 euros. "Il y a une grande partie d’exclusivités. On est allé chercher des contenus dans d’autres pays : la BBC, la télévision suédoise, danoise, espagnole, belge. Ils n’ont jamais été vus en France. Par exemple la série 'La comtesse rouge' qui se base sur des faits historiques, un récit haletant sous le règne légendaire de Catherine II de Russie", révèle Adélaïde de Clermont-Tonnerre, la directrice de la rédaction de Point de vue.

Si l’on trouve des documentaires sur la famille royale danoise, Brigitte Macron, Charles de Gaulle ou Rita Hayworth, les stars de la plateforme sont bien les Windsor. Il y a pléthore de produits sur Elizabeth II, Diana, Kate ou Harry "Il suffit de regarder les chiffres : le mariage de Kate et William rassemble trois milliards de téléspectateurs ! Ces personnages fascinent, on les a vu naître, grandir, s’aimer, se séparer, ils nous accompagnent depuis l’enfance, comme une série" ,commente Adélaïde de Clermont-Tonnerre.

"Les rebondissements du couple Harry-Meghan sont du pain béni pour nous."

Adélaïde de Clermont-Tonnerre

sur franceinfo

Mais l’actualité de la monarchie britannique est décortiquée désormais dans tous les médias, alors comment se démarquer ?  "Notre plus-value, c’est d’abord la qualité des choses que l’on sélectionne. Il y a beaucoup de gens qui parlent de ces sujets mais il y a aussi beaucoup d’erreurs qui sont dites, des documentaires qui accréditent des thèses complotistes. À la rédaction, nous faisons un gros travail de vérification", insiste Adélaïde de Clermont-Tonnerre.


Comme la plupart des titres de presse, Point de vue n’échappe pas à l’érosion de son lectorat. 172 000 exemplaires vendus en moyenne chaque semaine en 2021, une baisse de 9% sur un an, essentiellement due à la faillite de la messagerie Presstalis. Le site internet accueille, lui, 230 000 visiteurs mensuels.  "On a trois quarts de lectrices, un quart de lecteurs. C’est un peu cliché de dire que seules les personnes âgées lisent 'Point de vue'. Notre lectrice type a un profil plus jeune que celle de 'Madame Figaro', entre 45 et 55 ans environ" ,conclut Adélaïde de Clermont-Tonnerre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.