Info médias, France info

Info Médias. Les rapports tendus entre Donald Trump et les médias

Les relations entre Donald Trump, président américain et les médias sont difficiles. Et les rapports sont en train de dégénérer.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Donald Trump, président des Etats-Unis, lors d\'une conférence de presse à Washington, le 16 février 2017.
Donald Trump, président des Etats-Unis, lors d'une conférence de presse à Washington, le 16 février 2017. (NICHOLAS KAMM / AFP)

Un rassemblement en soutien à la presse a eu lieu à New York dimanche 26 février. Les relations se sont encore tendues entre Donald Trump et les médias. Le président américain a annoncé qu'il n'allait pas se rendre au traditionnel dîner des correspondants de la Maison-Blanche et visiblement les médias ont décidé de riposter.

Un spot a été diffusé durant la nuit du dimanche 26 février à la télévision américaine, en pleine cérémonie des Oscars, devant plus de 35 millions d'Américains signé du New York Times. C'est la première fois depuis près de dix ans que le quotidien finance une campagne publicitaire. Son message est simple : "La vérité est aujourd'hui plus importante que jamais".  Donald Trump a aussitôt répondu dans un tweet évidemment. Il explique que le journal tente de sauver sa réputation défaillante avec une mauvaise publicité. "Essayez plutôt de faire du reportage juste et impartial" a rétorqué Donald Trump. 

Attaques incessantes de la Maison-Blanche 

C'est une tendance de fond après le choc de l'élection de Trump. Après le mea culpa de la presse qui reconnaissait n'avoir pas du tout vu venir la victoire du candidat républicain, les médias sont aujourd'hui entrés dans une nouvelle phase. Celle de la résistance face aux attaques de la Maison-Blanche.

Le New York Times et CNN ont été exclus vendredi du briefing du porte-parole de la Maison-Blanche ainsi que d'autres médias :  le Los Angeles Times, Politico qui n'ont pas pu accéder à la conférence de presse de Sean Spicer. C'est une première qui a provoqoué des réactions outrées au sein des rédactions. CNN parle d'une "Décision anti-américaine". le Los Angeles Times parle d'une "Guerre de la Maison-Blanche contre la presse libre". le Washington Post a changé la bannière de son site Internet. On peut désormais lire : "La démocratie meurt dans l'obscurité".

Les médias se rassurent et se disent que le public américain est avec eux

On a beaucoup relayé dans la presse ces derniers jours un sondage qui montre que les Américains font davantage confiance aux médias qu'à Donald Trump ; 52 % contre 37 %.  Autre indicateur, les chiffres de vente qui augmentent de façon très nette. C'est le cas du magazine Harper's qui est l'une des plus anciennes revues américaines, fondée en 1850 et qui fait aujourd'hui des unes très critiques sur Donald Trump. C'est valable également pour le New York Times qui a gagné 300 000 nouveaux abonnés ces derniers mois. Pour les chaînes d'info aussi, l'audience de CNN par exemple a été multipliée par deux lors de la semaine d'investiture de Donald Trump. Les médias n'ont jamais été aussi lus, aussi regardés, aussi écoutés, aussi soutenus alors que les médias ont parfois été durement critiqués aux USA au moment de la guerre en Irak quand les grands journaux avaient été accusés de relayer les mensonges de l'administration Bush sans se poser beaucoup de questions. "On a tiré les leçons de tout ça", nous disait un reporter, "Aujourd'hui on fait du meilleur journalisme et peut-être c'est ça qui va nous sauver. "

Donald Trump, président des Etats-Unis, lors d\'une conférence de presse à Washington, le 16 février 2017.
Donald Trump, président des Etats-Unis, lors d'une conférence de presse à Washington, le 16 février 2017. (NICHOLAS KAMM / AFP)