Info médias, France info

Européennes : 12 candidats, pas un de plus, sur le plateau de France 2

France 2 a convié les principales têtes de listes aux européennes, mais a été contrainte de rajouter des pupitres face à la colère de certains partis et une injonction inédite de la justice. Alix Bouilhaguet, la co-rédactrice en chef de l’Emission politique, était l'invitée de franceinfo jeudi 4 avril.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
La co-rédactrice en chef de l\'Emission politique, Alix Bouilhaguet, dénonce une décision de justice qui \"porte gravement atteinte à la liberté de la presse\".
La co-rédactrice en chef de l'Emission politique, Alix Bouilhaguet, dénonce une décision de justice qui "porte gravement atteinte à la liberté de la presse". (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Trois pupitres supplémentaires ce jeudi soir plutôt qu'une seconde émission plus tard. France 2 a finalement tranché après une décision de justice. "Cela nous semble incroyable de se dire qu'aujourd'hui un juge peut décider de la programmation d'une émission politique", déplore Alix Bouilhaguet, la co-rédactrice en chef de l’Emission politique, pour qui cette décision "est à vous décourager d'organiser des débats politiques".

C'est une première, ça ne s'est jamais vu, on estime que ça porte gravement atteinte à notre liberté éditoriale, à la liberté de la presse.

Alix Bouilhaguet

sur franceinfo

Une décision qui tombe alors que la période électorale n'est pas encore ouverte, le nombre de listes pour le scrutin n'étant pas encore connu. D'autre part, "les règles en vigueur, à savoir l'équité, ne commencent qu'à partir du 15 avril, ça veut dire que quand on fera une émission en pleine période électorale, imaginez les problèmes", conclut la co-rédactrice en chef de l'émission.

Pour revoir l'interview en intégralité :

La co-rédactrice en chef de l\'Emission politique, Alix Bouilhaguet, dénonce une décision de justice qui \"porte gravement atteinte à la liberté de la presse\".
La co-rédactrice en chef de l'Emission politique, Alix Bouilhaguet, dénonce une décision de justice qui "porte gravement atteinte à la liberté de la presse". (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)