Culture d'été. Fernand Léger, peintre de la couleur, exposé chez le maître du noir Pierre Soulages

écouter (153min)

Le musée Soulages de Rodez consacre son exposition d’été à une grande figure de l’art moderne, le peintre Fernand Léger. 85 œuvres ont été réunies, à découvrir jusqu’au 6 novembre.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La version de 1954 de "La partie de campagne", œuvre majeure de l'exposition Fernand Léger au musée Soulages de Rodez (Aveyron) (ANNE CHEPEAU / FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Cette rétrospective couvre près de 50 années de création, de 1906 à 1955. Fernand Léger chez Pierre Soulages, cela peut surprendre : que vient faire celui pour qui la couleur était "un besoin naturel, comme l’eau et le feu" chez le maître du noir ?

"Fernand Léger, c’est vraiment une figure importante pour Soulages, bien qu’à première vue leurs mondes soient complètement dissemblables, explique Benoît Decron, le directeur du musée Soulages. En tout cas, c’est la figure d’un artiste d’avant-garde que Soulages va connaître et fréquenter d’assez près." C’est après-guerre, à son retour à Paris que Fernand Léger rencontre Pierre Soulages. Les deux artistes exposent alors dans la même galerie. Quelques années plus tard, ils travailleront tous les deux sur les décors d’un spectacle au château d’Amboise.

Trois thèmes principaux

L’exposition du musée Soulages est construite autour de trois thèmes, récurrents dans l’œuvre de Fernand Léger : la ville, le monde ouvrier et le monde des loisirs avec des œuvres emblématiques et d’autres plus rares comme la Composition à l’escalier de 1925, dont les aplats de couleurs sont caractéristiques du travail de Fernand Léger.

"Les grands plongeurs noirs" (1944), oeuvre de Fernand Léger exposée au musée Soulages de Rodez (Aveyron).  (ANNE CHEPEAU / FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Parmi les tableaux incontournables : La partie de campagne, version moderne du déjeuner sur l’herbe d’Edouard Manet. C’est le grand format de 1954 venant de la Fondation Maeght qui est exposé ici. "On y voit une femme couchée, un homme en canotier, une femme assise, un chien, un homme qui répare sa voiture et puis un paysage avec des arbres et des sortes de nuages, décrit Benoît Decron. C’est un dessin en noir et blanc avec des carrés de couleur. On voit très bien sur cette œuvre l’intérêt de Léger pour la couleur."

Fernand Léger écrivait d’ailleurs en 1946 : "La couleur est une matière première indispensable à la vie."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.