Info culture, France info

"Belles familles" de Jean-Paul Rappeneau: un modèle de mise en scène

Evènement ce mercredi, le cinéaste Jean-Paul Rappeneau sort "Belles familles". Douze ans après "Bon voyage", le réalisateur n'a pas perdu la main.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Lors d'une présentation de "Belles Familles" à Toulouse © Max PPP)

C'est le grand retour ce mercredi au cinéma de Jean-Paul Rappeneau, 83 ans. Le cinéaste sort son huitième long-métrage en presque 50 ans de carrière ! "Belles Familles".

Peu de film mais tous des classiques

Jean-Paul Rappeneau est peu prolixe mais chacun de ses films sont des succès populaires, devenus des classiques. Petit rappel "Cyrano de Bergerac", c'est lui. "Les Mariés de l'an 2", c'est lui, "Le Hussard sur le toit" c'est signé Rappeneau, tout comme "Le Sauvage", "Tout feu tout flamme"ou encore "La vie de château". Son dernier film date de 2003, "Bon voyage". Il revient donc dans les salles avec "Belles Familles".

Les péripéties d'un homme d'affaires

Le film raconte la vie d'un homme d'affaires, incarné par Mathieu Amalric, qui vit à Shanghaï. De passage à Paris, il fait une échappée de quelques jours du côté d'une propriété de famille, qui se retrouve au cœur d'un conflit de succession. C'est là qu'il découvre quelques secrets enfouis et aussi une jeune et jolie femme, interpétée par Marine Vacht (découverte dans "Jeune et Jolie" de François Ozon).

Jean-Paul Rappeneau a gardé la main

Ce film est un modèle de mise en scène. Une comédie, loin des modes, sans le moindre temps mort. C'est sans cesse en mouvement avec ce sens du rythme qui n'appartient qu'à Jean-Paul Rappeneau. Certaines scènes nous font penser à des passages dans "Le Sauvage" et "La Vie de château".

Il y a tant de films dont on prévoit la fin dès le début : ici,  on ne sait pas vers où on va, on se laisse perdre avec un plaisir immense dans le scénario tortueux de cette comédie virevoltante et en même temps teintée de mélancolie. Les souvenirs du passé remontent. Deux mondes s'entrechoquent. Et c'est d'ailleurs cela, pour Jean-Paul Rappeneau, le coeur du film.

C'est à la fois un film sur une France provinciale mais aussi sur la France d'aujourd'hui. Il y a une confrontation entre une France ancienne et une France plongée dans la mondialisation. Dans le film, il y a un échange permanent avec des choses qui se passent en Chine, en Angleterre et la France hyper connectée mais en même temps avec les traces anciennes.

"Belles Familles" de Jean-Paul Rappeneau avec Mathieu Amalric, Karine Viard, André Dussollier, Nicole Garcia, Gilles Lellouche, Guillaume de Tonquédec, et Marine Vacht. C'est en salle dès aujourd'hui.

(Lors d'une présentation de "Belles Familles" à Toulouse © Max PPP)