Info culture, France info

Aline, de la pop française sous forte influence

Ils sont cinq, ils sont Français et ils ont choisi un prénom féminin pour se faire connaître. Le groupe Aline sort vendredi son deuxième album, "La Vie électrique". Un disque résolument pop, sous forte influence britannique. Le résultat est enthousiasmant.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Aline a connu le succès il y a trois ans avec son tube "Je bois et puis je danse" © MAXPPP)

Non, ils ne viennent pas de l'East end londonien ou des banlieues de Manchester. Le seul langage que parlent les cinq garçons d'Aline, installés à Marseille, c'est celui de la pop. Ce deuxième album, c'est l'histoire d'un virage réussi pour ce groupe qui tourne depuis six ans ; Aline multiplie les directions, et son chanteur Romain Guerret puise son inspiration dans ce qu'il voit et vit.

Pour "La Vie électrique ", Aline a réalisé un rêve : la production est assurée par Stephen Street, le producteur mythique des Smiths ou encore de Blur. Une passerelle de plus jetée de l'autre côté de la Manche.

Aline est un peu à part sur la scène française : les ex-Young Michelin sont les seuls à sonner si britanniques avec des textes en français. Et puis il y a leur âge, car malgré les apparences, nous avons affaire ici à une bande de quarantenaires réunis sur le tard, ce qui les amuse. Cette expérience leur amène certainement un peu plus de sérénité et de "légèreté ".

Il y a beaucoup de tubes en puissance sur ce deuxième album, une énergie qui prend du début à la fin. Des chansons à l'apparence légère, une posture parfois mélancolique portée par des textes à plusieurs lectures possibles. La définition même de la pop finalement, à la française pour une fois...

(Aline a connu le succès il y a trois ans avec son tube "Je bois et puis je danse" © MAXPPP)