Cet article date de plus de cinq ans.

Que devient l’ancien numéro 3 de la gendarmerie, limogé à cause de son franc-parler ?

écouter (5min)
14 avril 2016. Le général Bertrand Soubelet, 56 ans patron de la gendarmerie d'Outre-mer, est démis de ses fonctions. Son franc-parler et ses prises de position ont fini par agacer ses supérieurs.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Déjà coutumier du fait, le militaire a publié un ouvrage très critique dans lequel il dénonce des magistrats "jusqu'au-boutistes" et des partis politiques "globalement disqualifiés". "La Direction générale m’a indiqué par un décret hier soir qu’un décret du président de la République était en cours de signature et que, dès lors, je serai déchargé des responsabilités que j’exerce aujourd’hui. C’est-à-dire que je vais me retrouver sans poste, sans affectation ".

"Situation injuste"

Quelques jours plus tard, Bertrand Soubelet a été définitivement démis de ses fonctions, par un décret publié au Journal officiel. Depuis le mois d'avril, l'ex-numéro 3 de la gendarmerie n'a pas changé de statut. Le militaire n'a pas de bureau, pas d'affectation. Mais il perçoit toujours son salaire.  "Je suis globalement payé par l’Etat à ne rien faire. Ce qui ne peut pas me satisfaire et qui ne satisfait pas l’image et la conception que j’ai de mon métier"  détaille Bertrand Soubelet qui observe une certaine bienveillance de ses collègues à son endroit. "En interne et en externe, beaucoup jugent ma situation injuste. Ce que j’ai dit et ce que j’ai écrit, tout le monde le sait" .

Devoir de réserve

Quand on évoque le devoir de réserve, Bertrand Soubelet a un petit sourire. C’est un concept à la fois étrange et mystérieux selon l’ancien numéro 3 de la gendarmerie.  "Personne ne connaît la réalité de ce devoir de réserve. Il se résume à une loyauté aux gouvernants et au fait de ne pas divulguer de secrets qui pourraient mettre en difficulté la politique qui est mise en œuvre. En dehors de ça, tout le reste, c’est de l’autocensure et une chape de plomb qui s’est abattue il y a un certain nombre d’années et que personne n’a osé braver, n’a osé casser" .

Déni des réalités

Même s’il savait les risques qu’il encourait en prenant ouvertement la parole, Bertrand Soubelet n’éprouve aucun regret.  "Je l’ai fait en toute conscience, en sachant que ça allait poser des questions j’imaginais que les choses pouvaient mal tourner mais très honnêtement mon sort personnel n’a pas grand-chose à voir en terme d’enjeux avec ce qui se présente dans notre pays pour les prochaines années. J’ai pensé qu’il y avait des choses à dire et qu’il fallait les dire"  déclare Bertrand Soubelet, qui dénonce un certain  "déni des réalités".

Parole publique

Bertrand Soubelet considère que la parole est muselée en France. "Je pense que dans notre pays, on a un vrai souci avec l’expression publique. La parole publique pose un problème. Il faudra le régler. Mais ce n’est pas moi qui vais le régler" . A 56 ans, l’ancien numéro 3 de la gendarmerie s’interroge maintenant sur la suite de sa carrière. "Je serais en mesure de donner un bon coup de main à un chef d’entreprise d’une entreprise de taille intermédiaire. Mais si je devais faire quelque chose, ce ne serait pas obligatoirement dans la sécurité ou la sûreté" . Bertrand Soubelet se présente comme un lanceur d'alerte, un citoyen, avant d'être un gendarme. Son départ définitif de la gendarmerie interviendra le 1er octobre prochain, après 35 ans de carrière.

A LIRE AUSSI ►►►  "Dans notre pays il est très compliqué de dire les choses", témoigne un gendarme sanctionné pour avoir publié un livre

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ils ont fait l'actu

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.