Ils ont fait l'actu. La skieuse Perrine Laffont, reine des bosses

écouter (5min)

Sébastien Baer revient sur les événements marquants de l'année. Et ce sont ceux qui les ont vécus qui les racontent. Mardi 24 août, Perrine Laffont qui, mis à part ces titres obtenus en ski à bosses, est également engagée dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 4 min.
Perrine Laffont, championne du monde de ski de bosses. (SEBASTIEN BAER / RADIO FRANCE)

8 mars 2021. Au Kazakhstan, Perrine Laffont remporte le titre de championne du monde de ski de bosses. C'est le dernier titre majeur qui manquait au palmarès de la Pyrénéenne de 22 ans. "C'est une grande fierté parce que ce sont de grands champions qui m'ont poussée à faire du sport de haut niveau et qui m'ont inspirée pour aller chercher des médailles", confie-t-elle. 

Déjà championne olympique et triple vainqueur de la Coupe du monde, à 22 ans, Perrine Laffont a désormais gagné tous les titres majeurs du ski de bosses. Malgré son palmarès XXL, l'Ariègeoise a encore soif de victoires.

Le goût de l'effort

"Je suis très motivée parce que j'aime le ski et j'aime ce que je fais tous les jours. J'aime aller m'entrainer, donc ma motivation ne dépend pas que des résultats. Je pense que c'est important, parce qu'il y a des jours où les résultats ne sont pas là et il ne faudrait pas que cela flanche la motivation. Je fais le sport que j'aime le plus et je suis heureuse d'aller m'entrainer tous les matins, donc forcément la motivation est toujours présente", résume la sportive. "Quand on se fixe un objectif et qu'on veut le réaliser, il faut travailler dur, très fort. Je pense que la réussite fait partie des caractères des personnes", poursuit la jeune championne.

Les sportifs de haut niveau et ceux qui réussissent ont quelque chose en plus et moi j'ai eu la chance de l'avoir par mon éducation

Perrine Laffont

sur franceinfo

De sa famille, elle a reçu les valeurs "du travail, de l'acharnement, de ne jamais être satisfait de ce qu'on obtient et de toujours vouloir progresser," explique Perrine LaffontMalgré son palmarès, elle ne pense pas manquer d'adversaires à sa hauteur sur le circuit : "Il y a pas mal de concurrence mais j'arrive encore à faire la différence au niveau du mental parce que les filles font souvent des supers choses à l'entrainement mais peut-être qu'elles manquent un peu de régularité en compétition. C'est cette régularité que j'ai réussi à acquérir depuis deux saisons qui me permet de faire la différence", analyse la championne du monde de ski de bosses.

Petite fille "touche à tout", elle apprend à se forger un mental avec ses parents : "On partait faire des sorties de vélo, je n'arrivais pas à monter un col et quand on revenait la fois d'après, il fallait que j'ai réussi à le monter. Je pense qu'ils ont toujours eu ce goût de la gagne, de l'effort. C'est quelque chose qu'on a de famille et qui s'est transmis", souligne Perrine Laffont.

Préserver la planète

Engagée dans la lutte contre le réchauffement climatique, Perrine Laffont a conscience que sa discipline laisse une grosse empreinte carbone à chacun de ses déplacements. "Je ne vais pas le cacher, on prend l'avion tout l'hiver pour aller faire des compétitions. Mine de rien, c'est quand même notre métier donc est-ce qu'on arrête pour refaire un métier normal où je vais quand même pendre ma voiture pour aller à mon travail ?", interroge la skieuse. Pour compenser son impact, la championne s'est engagée auprès de la jeune génération. Objectif, "leur apprendre des gestes simples comme le tri ou les sensibiliser à avoir une voiture électrique plutôt qu'une voiture classique, pour développer ces petits gestes qui vont avoir un impact au final", explique-t-elle.

La championne du monde de ski de bosses est inquiète des conséquences du réchauffement climatique sur l'avenir de son sport : "J'ai vu l'évolution. Là on est à Tignes, où je venais il y a sept ou huit ans. Clairement, le glacier ne ressemble plus à ce qu'il était avant. Quand j'ai commencé à skier sur les glaciers, ça se voyait à vue d'œil, de jour en jour, à quel point cela avait un impact. C'est là que je me suis dit qu'il fallait faire plus que du tri sélectif et essayer de s'engager un peu plus parce que ça évolue rapidement."

Garder la flamme

Il ne reste pas à Perrine Laffont beaucoup de défis à relever, sauf peut-être un : "Garder la flamme, continuer à me faire plaisir dans ce que je fais parce que quand on commence à accumuler les années, cela peut être rébarbatif au bout d'un moment. Mine de rien, on va toujours s'entrainer aux mêmes endroits, on a toujours à peu près le même programme. Il faut essayer de garder la flamme et d'être toujours un peu comme une enfant qui retourne en stage parce qu'elle n'a pas skié depuis un mois. C'est peut-être ça le plus difficile", confie-t-elle.

Pour ceux et celles tentés par le ski de bosses, la championne du monde n'a qu'un seul conseil : "Cela peut paraître effrayant mais ça ne fait pas si peur que ça et puis c'est tellement cool quand on arrive à le faire. Lancez-vous !" Après une courte pause, Perrine Laffont a repris l'entraînement à Albertville. Pour rester la reine mondiale des bosses, la skieuse devra décrocher la médaille d'or olympique, l'année prochaine à Pékin.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ils ont fait l'actu

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.