Ils ont fait l'actu, France info

Ils ont fait l'actu. Daniel Cueff, le maire de Langouët qui s'est mis les agriculteurs de son village à dos, en interdisant les pesticides trop proches des maisons

Comme tous les étés, Sébastien Baer revient sur les événements marquants de l'année. Et ce sont ceux qui les ont vécus qui les racontent. Mercredi, Daniel Cueff, le maire de Langouët qui a pris un arrété pour interdire l'utilisation des produits à moins de 150 mètres des habitations. Arrêté annulé par la justice.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Daniel Cueff, maire de Langouët (Ille-et-Vilaine).
Daniel Cueff, maire de Langouët (Ille-et-Vilaine). (SEBASTIEN BAER / RADIO FRANCE)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

25 octobre 2019. L'arrêté antipesticides pris par le maire de Langouët, en Ille-et-Vilaine, est annulé par la justice. Daniel Cueff, maire de ce village de 600 habitants, avait interdit l'utilisation des produits à moins de 150 mètres des habitations. Mais ce 25 octobre, le tribunal administratif de Rennes considère qu'il est allé au-delà de ses prérogatives. Daniel Cueff était le premier maire à avoir pris un tel arrêté. "Il y avait une occasion extraordinaire de trouver un accord entre des riverains qui estiment respirer malgré eux des pesticides de synthèse et d'un autre côté une agriculture qui devra à un moment donné ou à un autre évoluer". Même s'il est annulé, l'arrêté du maire de Langouët a lancé le débat en France sur l'usage des pesticides. Plusieurs dizaines de communes ont emboîté le pas à Daniel Cueff et pris des arrêtés identiques. Ce combat a fait de l'élu breton l'une des figures de la lutte contre les produits phytosanitaires. Il a reçu des milliers de messages de soutien et d'encouragement.

Au plan national, le bilan est positif. Mais à Langouët, cet arrêté a clivé le village regrette Daniel Cueff. "J'avais plutôt une image très positive, on parlait en bien de la commune avec tout ce qui a été fait, et là, tout d'un coup, on a parlé d'agribashing, on a parlé de dénonciations, de tout un tas de choses qui n'étaient pas l'esprit dans lequel j'ai pris l'arrêté. L'arrêté était clairement une attaque des produits. Jamais on n'a attaqué les agriculteurs. Et là le village s'est divisé en deux, au point que la FNSEA, les agriculteurs, les propriétaires agricoles ont monté une liste (ndlr: aux municipales) et ils ont gagné, d'une voix" regrette Daniel Cueff. Pour le maire de Langouët, les agriculteurs ont mal compris sa démarche. "Je les connais tous, je les ai vus naître, je les ai mariés, j'ai enterré leurs grands-parents parfois. Ce sont des gens que j'admire et que j'apprécie, qui sont humainement très forts. Mais avec cette question des pesticides, ils se sont braqués."

"C'est la guerre m'a dit quelqu'un", raconte encore le maire qui a été à plusieurs reprises la cible de menaces et qui déplore : "Dès que l'on met en cause le modèle agricole tel qu'il est aujourd'hui ; on est accusé d'agribashing. Poser la question des pesticides dangereux, poser la question du modèle agricole aujourd'hui, c'est considérer comme une agression du modèle agricole dominant."

Après trois mandats, l'emblématique maire de Langouët a décidé de ne pas se représenter aux élections municipales. Mais à 64 ans, Daniel Cueff poursuit sa lutte. Il a pris la tête du collectif des maires anti-pesticides et envisage de saisir le conseil d'État et la commission européenne pour combattre les pesticides.    

Daniel Cueff, maire de Langouët (Ille-et-Vilaine).
Daniel Cueff, maire de Langouët (Ille-et-Vilaine). (SEBASTIEN BAER / RADIO FRANCE)