Histoires d'info, France info

Le football américain en France : l'impossible greffe

Matchs d'exhibition, création d'équipes, championnat : depuis 1972, le football américain fait tout ce qu'il peut pour tenter de s'implanter en France. Sans grand succès. Comme s'il n'y avait pas de place pour deux football ou deux rugby dans notre pays.

(Football américain. France/Serbie © Maxppp)

En 1972, les Parisiens s’apprêtent à découvrir un sport qu’ils ne connaissent pas : le football américain. Certes, le maréchal Foch en visite aux Etats-Unis en 1921, a assisté à un match. Mais l'idée d'importer la discipline en France ne lui est jamais venue.

Aux Etats-Unis, c'est un sport très populaire. Quelques heures avant le match d’exhibition, l’éternel Jacques Vendroux tente une explication.

 "Aux Etats-Unis, c'est le sport numéro 1 ! On peut d'ailleurs le comparer avec le rugby de chez nous à la différence que les joueurs sont casqués"

Une définition qui ne devrait pas plaire aux aficionados qui ont passé une bonne partie de la nuit devant le Super Bowl. Le football américain n'a pas grand chose à voir avec le rugby, sinon la forme du ballon.

Cependant, la comparaison a la dent dure. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, déjà, Georges Briquet, le « roi des radioreporters », voix du sport à la radio des années 1930-1950 parlait lui aussi de « rugby américain » pour évoquer ce sport que les Américains appellent simplement « football »

En France, on jouait beaucoup au football américain dans les années 1950-1960. Mais sur les bases de l'OTAN, et uniquement entre Américains. Chaque base avait son équipe, comme par exemple les Paris Pirates, ou les Poitiers Panthers. La fermeture des bases en 1966 sonne le glas de ce sport qu'on tente néanmoins de réintroduire au moyen de matchs d'exhibition. Celui de 1972 n'a guère de succès. Et en 1976, c'est dans le stade de Colombes que le coup est retenté.

    "Est-ce que ça va marcher ? Est-ce qu'il y aura du monde à Colombes ? "

Cela ne marche pas vraiment. Pourtant, la date est symbolique : il s'agit de célébrer le bicentenaire de l'indépendance américaine et l'amitié franco-américaine et Sheila est la marraine de l'évènement. Mais rien y fait,  le succès n'est pas au rendez-vous.

Cela n'empêche pas d'irréductibles fans de passer à la vitesse supérieure et au tout début des années 1980, un professeur de sport revenu de ses vacances aux Etats-Unis avec quelques équipements est à l'origine du premier championnat et de la création de la Fédération Française de Football Américain. Un championnat, plusieurs équipes dont les Météores de Nogent-sur-Marne : tous les espoirs semblent permis !

600 licenciés en 1984, 15.000 aujourd'hui. La progression peut paraître importante, mais le chiffre reste lui relativement modeste. 15.000 licenciés, c'est autant que le Water-Polo, c'est 120 fois mois que le football et 30 fois moins que le rugby.

C'est un peu comme si, malgré tous les efforts, il n'y avait pas de place pour deux football ou deux rugby en France, un peu comme si cela traduisait comme pour le base-ball, notre résistance à une américanisation totale.

(Football américain. France/Serbie © Maxppp)