Histoires d'info, France info

L'Inde des castes au défi des inégalités

Le système des castes n'a jamais cessé de structurer la société indienne. Facteur de discriminations, il est depuis une trentaine d'année un levier de réduction des inégalités, ce qui n'est pas au goût de tous.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Retour en avril 1966. L’émission "Cinq Colonnes à la Une" est consacrée à l’Inde d’Indira Gandhi, premier ministre depuis le début de cette année-là. Officiellement depuis 1947, la Constitution indienne interdit toute discrimination reposant sur les castes, mais celles-ci continuent cependant de structurer la vie sociale, économique et politique de l’Inde.

Le grand écrivain Indien, Nirad Chaudhuri, défend un système qui, selon lui, protège les plus faibles:

"Dans ce pays où il y a tant de races, tant de langues, tant de divisions naturelles, les castes rendent la coexistence facile. Faire disparaître les castes, ce serait livrer les plus faibles aux plus puissants, en faire de véritables esclaves, sans aucune protection, sans aucune défense."

Pour autant, les inégalités sont très fortes. Une enquête de 1985 révèle que les Indiens appartenant aux castes supérieurs (13 à 20% de la population) trustent 68% des hauts postes de l’administration.  Les castes les plus basses souffrent particulièrement, tandis que les plus pauvres, les Intouchables, catégorie hors caste et très défavorisée, bénéficient d’un accès facilité à la fonction publique.

En 1990, le Premier ministre indien se prononce en faveur d’un élargissement de la discrimination positive aux castes les plus basses, dites arriérées. Les conséquences sont immédiates et vous allez l’entendre particulièrement violentes:

"Parce que le Premier ministre V.P. Singh se propose de relever le pourcentage du nombre d'emplois de fonctionnaires reservés aux castes inférieures, les castes supérieures protestent et manifestent. Hier,  à Hyderabad, 60 personnes ont péri carbonisés dans un train auquel des extrémistes de gauche favorables au projet avaient mis le feu. Depuis le début des troubles, 75 personnes avaient déjà péri, dont 20 étudiants de castes supérieures qui s'étaient immolées par le feu. Ceux-ci craignaient que le projet gouvernemental ne compromette leurs chances en matière d'emploi."

Rien n’y fera, et la réforme sera votée. Hier, Après plusieurs jours d’émeute et 19 morts, la caste des Jats dans l’Etat de Haryana a obtenu de disposer de quotas comme les castes dites arriérées. Nous rappelant que dans une Inde pourtant désormais ouverte à la mondialisation, les rapports de force sociaux continuent d’opérer dans le cadre du système des castes que Nehru espérait dépasser à l’indépendance.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)