Histoires d'info. Rasta Rockett, les perdants qui ont fait rêver le monde

écouter (3min)

Ils ont subi un ou des échecs et ils ont été célèbres. Thomas Snégaroff nous fait revivre les moments les plus épiques de leur vie. La triste aventure de l'équipe  jamaïcaine de bobsleigh aux JO de Calgary en 1988 est devenue un film à succés.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'équipe jamaicaine de bobsleigh aux Jeux olympiques de 1988 de Calgary (Canada), sur la plage de Kingston (Jamaïque), le 2 mai 1991. (PAUL HARRIS / ARCHIVE PHOTOS)

En 1988, les Jeux olympiques d’hiver se déroulent à Calgary et Antenne 2 enregistre et commente les épreuves de bobsleigh sans savoir ce qui sera diffusé finalement à l’antenne. Quand soudain, un accident suscite un intérêt que l’un des commentateurs partage avec son voisin : "Comme dans la corrida, les gens n'attendent que le mec qui va se casser la figure"

Cet accident de bobsleigh sera donc diffusé à l’antenne quelques minutes plus tard. Un accident qui se trouvera à l’origine de l’une des histoires dont le sport raffole et dont Hollywood sait faire les films à succès. Retour dans la cabine des commentateurs : le bobsleigh vient de rater son virage et les quatre sportifs ont longuement glissé sur le côté, heureusement sans dommage pour eux. "C'est le bob jamaïcain, avec le pilote Dodley Stokes qui a raté son virage. On ne peut plus sortir de la piste et il est donc très difficile que le bob se retourne complètement. Mais là tout de même, il a bien glissé sur le côté. Espérons que les quatre conccurents pour ce bob jamaïcain ne soient pas blessés. Des Jamaïcains qui ne sont pas de grands spécialistes de cette discipline."

Evidemment un bobsleigh jamaïcain qui se retourne, ça vous rappelle quelque chose. Cinq ans plus tard, cette histoire surgit sur les écrans de cinéma du monde entier.

À l’origine de cette folle épopée, William Maloney et George Fitch, deux Américains qui vivaient alors en Jamaïque. Le premier était un homme d’affaires s’étant marié avec une Jamaïcaine, le second travaillait à l’ambassade des États-Unis. William voulait participer à la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques et George voulait sortir du service gouvernemental. Après avoir vu des vendeurs de rue pousser un "push cart", ils imaginent engager un bobsleigh jamaïcain aux Jeux olympiques.

Sportivement ce sera plutôt un fiasco, mais acclamés par les spectateurs en passant, à pied, la ligne d’arrivée, ils ont porté très haut les valeurs olympiques : "l’important c’est de participer".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.