Histoires d'info, France info

Histoires d'info. De quoi Charles Manson est-il le nom?

Charles Manson, qui est mort dans une prison à l'âge de 83 ans, a brisé un idéal américain des jeunes dans les années 60.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Charles Manson, au tribunal de Los Angeles (Californie), le 29 mars 1971.
Charles Manson, au tribunal de Los Angeles (Californie), le 29 mars 1971. (UPI)

Les années 1960 sont vraiment celles d’une bascule dans l’histoire contemporaine américaine. Et Charles Manson, qui vient de mourir dans une prison à l'âge de 83 ans, y a participé. La décennie qui commence avec l’élection de John F. Kennedy et qui se termine avec le premier homme sur la Lune, mais aussi avec l’enlisement dans la guerre du Vietnam, après une décennie de violence politique inouïe marquée par l’assassinat de Kennedy, mais aussi de son frère en juin 1968 quelques semaines après seulement celle de Martin Luther King. Et dans ce panorama funeste d’une Amérique qui perd ses illusions en même temps que son innocence, l’itinéraire de Charles Manson.

Un crime "dicté" par l'album blanc des Beatles

La chanson "Piggies" est extraite de l’album blanc des Beatles sorti en novembre 1968. C’est cet album qui aurait inspiré la folie meurtrière de Manson et de ses adeptes qui le suivaient comme on suit un gourou, un gourou entouré de fidèles bourrés de LSD, persuadés que la race blanche est menacée par les Noirs et prêts à tout. Il ne faut pas oublier, un élément de contexte, nous sommes au lendemain des émeutes raciales de 1967 et 1968 qui a pu nourrir dans l’esprit de Manson l’idée d’une guerre raciale. Tuer des blancs en faisant accuser des Noirs pour créer un climat de guerre civile, voilà le projet au mois d’août 1969, voici ce que l'on pouvait entendre sur France Inter :

Yves Mourousi : "Une enquête qui ne fait que commencer à Los Angeles. En effet, au fil des heures la police américaine tente d'identifier les victimes de la tuerie de Los Angeles. Un débile mental a tiré hier soir en effet sur cinq personnes, dont la femme du metteur en scène Roman Polanski, femme qui s'appelait Sharon Tate et qui a trouvé la mort dans cette sinistre affaire."

Journaliste de France Inter : "Et la cinquième victime a été identifiée, il s'agit d'un jeune homme agé de 18 ans. Son corps a été trouvé au volant d'une voiture.. Vraisemblablement, selon la police, il tentait de s'echapper quand il a été abattu. Quoi qu'il en soit, on est encore au début de cette enquête.

Yves Mourousi : "Une enquête qui risque de faire du bruit dans le milieu du cinéma."

Il se dit que dans la voiture, les meurtriers, sans la présence de Charles Manson qui leur avaient ordonné leur crime, chantèrent "Piggies" des Beatles. Manson avait vu dans l’album blanc un appel à la guerre raciale : "C’est les Beatles, leur musique", a-t-il déclaré au procureur qui l’a envoyé dans le couloir de la mort. "Les gamins écoutent leur musique et comprennent le message. C’est subliminal". On retrouvera d’ailleurs le nom d’une chanson de l’album, "Helter Skelter", écrite avec le sang de nouvelles victimes, un couple d’épiciers, le lendemain.

Déclencher une guerre raciale. Mais pas uniquement. Le meurtre de Sharon Tate enceinte de huit mois choque particulièrement. Elle et ses amis ont été assassinés sauvagement dans leur sommeil, dans une luxueuse et isolée maison sur les hauteurs de Benedict Canyon. Une maison où avaient vécu Michèle Morgan, Cary Grant, Henry Fonda et, peu de temps avant le meurtre, Terry Melcher, un producteur proche des Beach Boys et qui avait peut-être été la cible de Charles Manson.

Charles Manson rêvait d’être aussi connu que les Beatles

Manson passe une enfance pour le moins chaotique, un père envolé, une mère adolescente junky et prostituée, et bientôt des vols, la prison et une idée fixe au début des années 60, percer dans la musique. A ce moment-là, Manson vit déjà en communauté, ce qu’il appelle "la Famille", bien dans l’esprit de l’époque, avec notamment des filles qu’il prête à ceux qui peuvent l’aider à réaliser son rêve de gloire. Et parmi eux, Dennis Wilson, batteur des Beach Boys et plutôt attiré par les jeunes femmes de la Famille. C’est par Wilson que Manson entre en contact avec le producteur Terry Melcher qui lui fait enregistrer une démo qu’il ne trouve pas concluante.

La chanson "Cease to Exist" sera finalement rendue plus pop par Wilson et enregistré par les Beach Boys, sans aucune mention à Charles Manson qui, ivre de colère, en voudra terriblement à Melcher et enverra une balle de revolver à Wilson à la sortie de la chanson en décembre 1968. Quelques mois seulement avant les tueries.

Charles Manson, au tribunal de Los Angeles (Californie), le 29 mars 1971.
Charles Manson, au tribunal de Los Angeles (Californie), le 29 mars 1971. (UPI)