Histoires d'info, France info

Donald Trump, le nouveau George Wallace ?

Donald Trump n'est pas un cas unique dans l'histoire politique américaine. Le rejet de l'autre et le populisme n'ont pas été inventés par Trump! Un candidat de 1972 lui ressemble particulièrement, George Wallace.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Retour le 14 mars 1972.  Les primaires du Parti démocrate s’arrêtent en Floride pour un premier grand test dans un Etat du Sud. George Wallace, l’ancien gouverneur de l’Alabama, favorable à la ségrégation raciale et qui s’était fait connaître en interdisant l’entrée dans l’Université de son Etat à des étudiants noirs se présente. Le voir sous l’étiquette démocrate vous étonnera peut-être, mais il est l’un des ultimes représentants de ces élus démocrates et racistes du Sud qui ont déjà commencé à quitter le parti.

La chanson de la campagne de Wallace se fait sur l’air de la ballade de Davy Crockett, l’histoire d’un héros du Sud, pionnier et vainqueur des bêtes sauvages et des Amérindiens, ce qui est en fait loin de la réalité. Tout un programme. La campagne de Wallace en Floride vous fera peut-être penser à un autre candidat, peut-être même à un candidat actuel…

"Depuis le début de la campagne, Wallace est le candidat qui a attiré les foules les plus importantes. Ce soir-là, à Fort Lauderdale, 2.500 personnes, tous des Blancs bien sûr, se sont massés pour écouter leur homme. Le langage a changé. L'appel au racisme est plus subtil. Mais l'homme connaît bien ses foules et il sait se faire comprendre de ceux qui l'appellent comme un sauveur sans pour autant choquer ses éventuels électeurs du Nord. Ceux qui le suivent ne sont pas tous bien sûr des membres actifs du Klu Klux Klan. Ce sont en majorité les populations rurales que les changements sociaux dérangent dans leur conservatisme, et les ouvriers et petits employés des villes qui ont peur des Noirs ou de tout ce qui est étranger ou nouveau."

Il y a certainement un peu Wallace dans le Trump de 2016. La nostalgie du passé, le populisme, la violence de ses supporters. Et l’un comme l’autre remporte la primaire de Floride. En revanche, aucune chance pour Wallace de remporter l’investiture, qui ne peut remporter les Etats du Nord. Sa victoire en Floride lui permet cependant de peser dans la campagne. Il l’emporte début mai en Caroline du Nord et dans le Tennessee et paraît pouvoir très bien se comporter dans le Michigan et le Maryland pourtant loin de ses bases. La veille du scrutin, le 15 mai, l’élan de Wallace est brisé :

"George Wallace was shot down this afternoon as he campaigned in Maryland..."

Wallace remportera les deux primaires du lendemain, mais gravement blessé il se retire de la campagne et restera handicapé à vie. Les motivations du tireur n’étaient pas politiques. Il voulait juste devenir célèbre.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)