Le phénomène Counter Strike au Danemark

écouter (4min)

Le Danemark est une terre d'esport, et particulièrement de Counter Strike. Les compétitions organisées rassemblent des foules passionnées qui témoignent du phénomène sociétal et intergénérationnel qu'est l'esport dans ce pays. Et les Fall Finals de CS:GO organisées par Blast à la Royal Arena de Copenhague, les 26 et 27 novembre, le démontrent une fois de plus.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Une précédente compétition de Counter-Strike à la Royal Arena de Copenhague en 2021 organisée par Blast. (MICHAL KONKOL / BLAST)

La Royal Arena de Copenhague, un écrin circulaire recouvert de bois, cerné de pistes cyclables, est devenu un des bastions européens de l'esport qui accueille régulièrement 12.000 personnes avides d'émotions fortes que seuls des show esports peuvent transmettre. Les 26 et 27 novembre, cette arena sera pleine comme un œuf pour les finales d'automne d'un championnat de Counter Strike organisé par Blast.

Ce jeu de tir à cinq contre cinq génère toujours de folles ambiances lors des compétitions explique Laure Valée, consultante esport de franceinfo : "Les fans de Counter Strike sont des fans généralement hypers engagés, hyper passionnés. Sur scène, les joueurs aussi prennent le public à témoin pour haranguer la foule, on peut s'attendre à une ambiance électrique". 

Un tournoi de Counter Strike organisé à la Royal Arena de Copenhague au Danemark. (MICHAL KONKOL / BLAST)

Des ambiances électriques

C'est toujours le cas au Danemark quand il s'agit de Counter Strike. Ici le jeu est une institution. On croise aux abord de la Royal Arena des spectateurs de tous les âges. Des parents viennent avec leurs enfants. L'esport et Counter Strike sont au Danemark un phénomène intergénérationnel.

Casper Møller dit CadiaN, Danois, joueur star pour l'équipe scandinave Heroic explique pourquoi : "Il y a eu beaucoup de bonnes initiatives au Danemark pour l'esport. Dans le système scolaire d'abord, on apprend la coopération par le jeu vidéo. La télévision danoise retransmet aussi les compétitions depuis longtemps. Et depuis des années les commentateurs expliquent des choses très basiques sur le jeu, ses fondamentaux, les tactiques des équipes.

Il y a eu un gros travail de pédagogie qui permet aux jeunes de dire à leurs parents, 'tu vois c'est ça que je fais, c'est ça l'esport, c'est ça counter strike'. Et c'est ça qui fait qu'aujourd'hui des parents sont parfois encore plus fans que leurs enfants, et qu'on les voit à la Royal Arena."

CadiaN, joueur danois professionnel de counter strike qui harangue la foule lors d'un précédent tournoi à la Royal Arena de Copenhague en 2021.  (BLAST)

L'esport, phénomène intergénérationnel au Danemark

L'esport génère tout un environnement au Danemark qui porte ses fruits pour le haut niveau, d'après Laure Valée. "Je pense que le Danemark est le pays qui produit le plus de joueurs d'esport pro de haut-niveau en Europe, tous jeux confondus. C'est un pays qui est très en avance, l'Etat met en avant la pratique de l'esport depuis des années, et ça se ressent dans la qualité des joueurs qui viennent de ce pays".

Il y a notamment au Danemark un système d'esport-étude qui soutient la performance et d'autres raisons structurelles que détaille CadiaN, joueur pro de 27 ans : "Bon il y a le cliché, même si je n'y crois pas vraiment, qui veut qu'au Danemark la météo est si mauvaise, qu'on reste plus à l'intérieur... Je pense plutôt que c'est lié à la bonne santé économique du pays. Presque tout le monde a les moyens d'avoir un bon PC, une bonne connexion internet.

Et puis ça a aussi permis aux pionniers de l'esport de persévérer, même quand Counter Strike ne rapportait pas d'argent. Ça leur a permis de transmettre aux plus jeunes, de structurer la scène... Et puis aussi le Danemark c'est une terre de sport collectif ! Si vous regardez l'équipe du Danemark à la Coupe du monde de foot en ce moment, il y a cet esprit d'unité, de travail collectif. Et bien c'est pareil à Counter Strike !"

Ces Fall finals organisées par Blast ces 26 et 27 novembre sont aussi un avant-goût de ce qui se jouera en France et particulièrement à Paris en mai 2023puisque l'une des plus grosses compétitions mondiales d'esport, le Major de Counter Strike, sera organisé à l'Accor Hotel Arena de Bercy, dans une ambiance très semblable puisque ce sera également Blast à l'organisation.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.