Esport. Major CSGO en France en 2023 : la finale à Bercy, d'autres phases ailleurs en France

Le premier Major sur le jeu Counter Strike organisé par Blast se déroulera en France du 8 au 21 mai 2023. La finale sera organisée à l'Accor Hotel Arena de Bercy à Paris. Le tournoi posera ses valises dans au moins une autre ville en France promet l'organisateur.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Une précédente édition d'un Major sur le jeu Counter Strike, organisé à Anvers en Belgique, en mai 2022. (NICOLAS BILLIAUX / HANS LUCAS)

"Différent, inédit et spectaculaire". C'est par ces mots que Robbie Douek, le patron de Blast qui organisera pour la première fois un Major sur le jeu Counter Strike à Paris du 8 au 21 mai 2023, décrit à franceinfo l'événement qu'il veut organiser pour les fans français.

Ce major, l'une des compétitions d'esport les plus importantes du calendrier international, ne se déroulera pas qu'à Paris, explique Robbie Douek : "Un Major dure quelques semaines, on a l'opportunité de vraiment faire voyager ce format... la finale sera à Paris et on est ravi de faire cela à l'Accor Hotel Arena de Bercy, mais on veut vraiment activer toute la France... Du Nord au Sud, à l'Est à l'Ouest, on est vraiment ouvert à tout".

"L'Élysée et la ville de Paris sont vraiment promoteurs dans cette histoire, ça a aidé à notre choix."

Robbie Douek, patron de Blast

franceinfo

La promesse faite par Emmanuel Macron en juin dernier aux acteurs de l'esport, celle d'accueillir en France les plus grosses compétitions, a attiré l'attention de Blast. "On a écouté ce qu'à dit le président Macron en juin dernier. On s'est dit, 'c'est le moment'. L'Élysée et la ville de Paris sont vraiment promoteurs dans cette histoire, ça a aidé à notre choix", explique son dirigeant. Emmanuel Macron qui a profité de la fin du Zevent 2022 pour "donner des nouvelles des rendez-vous sur lesquels [il] s'était engagé". "La France accueillera deux grands événements internationaux exceptionnels en 2023 et en 2024", confirme le président.

Ce n'est évidemment pas la seule raison au choix de la France. Blast a regardé avec attention les chiffres de l'esport en France et en est arrivé à cette conclusion d'après son patron : "C'est un pays stratégique au niveau du gaming, il y a de belles entreprises et un super public". L'existence d'une salle comme Bercy a également penché dans la balance, tout comme l'existence de Vitality, assure Robbie Douek : "Quand on voit Vitality en France, ses fans, ses joueurs - comme ApeX ou Zywoo... forcément ça a joué. Il y a vraiment quelque chose à faire en France".

Counter Strike déjà diffusé dans 25 langues, 150 pays et 230 millions de foyers

Blast annonce par ailleurs dans le cadre de ce Major à Paris, la création de BlastTV pour suivre la compétition du plus près possible. "J'ai toujours eu ça en tête, explique Robbie Douek : l'expérience dans la salle est offerte à 10.000 ou 15.000 personnes, mais il y a tous les autres, des millions qui regardet à la maison. Et ils veulent faire partie de la magie de Counter Strike, et ça on peut offrir cette opportunité sur Blast TV."

""Pourquoi pas TF1, Canal plus, M6, l'Équipe ? Ce serait un rêve qu'on retrouve la finale en prime time".

Robbie Douek, patron de Blast

franceinfo

Blast entend néanmoins diffusé le major français sur le plus de canaux possibles : "On veut travailler avec différents acteurs qui travaillent déjà en France, que ce soit à la télévision, sur Twitch ou sur Youtube. On ne veut exclure personne", explique-t-il. Et quand il pense aux télévisions, il vise très haut : "Pourquoi pas TF1, canal plus, M6, l'équipe ? Ce serait un rêve qu'on retrouve la finale en prime time !". Il faut dire qu'en matière de Counter Strike, certains chiffres parlent pour lui : "Blast Premier c'est déjà en 25 langues, dans 230 millions de foyers et 150 pays, le Major ca sera sûrement plus !", espère-t-il.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Esport

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.