Cet article date de plus de sept ans.

"À nos pays" : un plaidoyer musical et viral pour la paix au Moyen-Orient

écouter (5min)
Deux sœurs syriennes vivant en Suède ont enregistré une chanson qui relate les dernières années de conflit en Syrie, en Irak, au Liban et dans les territoires palestiniens.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  ("To Our Countries" interprété par deux soeurs syriennes © Capture d'écran Youtube)

Elles chantent la guerre en Syrie, en Irak ou dans les territoires palestiniens. Deux soeurs syriennes qui vivent en Suède ont enregistré des poèmes chantés pour appeler à la paix dans la région. La vidéo s'intitulant "A nos pays" approche le million de vues sur Youtube.

Les deux soeurs s'appellent et Younan. La première est journaliste, la seconde chanteuse. Elles ont repris des musiques de la célèbre chanteuse libanaise Fairuz et l'ont transformé en un plaidoyer pour la paix et l'unité du monde arabe. 

"Syrie ... Plus de trois ans que cette guerre folle, égoiste et illogique dure. Trois années pendant lesquelles les âmes, les coeurs et les esprits ont été détruits. Une guerre qui s'est furtivement faufilée dans nos maisons sans taper à la porte" , chante Faiya Younan. 

Quatre pays sont les principaux destinataires de leur chanson. La Syrie, le Liban, les territoires palestiniens mais aussi l'Irak. 

"Et en Irak, cela fait plus de dix ans que la libération est en cours, une libération de l'injustice, l'oppression et la tyrannie, mais cela n'a conduit qu'à une plus grande tyrannie, injustice et oppression" .

La chanson a très rapidement reçu un accueil chaleureux sur Youtube. Des commentaires plus qu'élogieux sur leur initiative qui vient réchauffer les coeurs meurtris et nostalgiques d'une unité du monde arabe. Mais elles ont aussi reçu des critiques les accusant d'être des supporters de Bachar Al-Assad car elles ont participé à une émission d'une chaîne pro-gouvernement syrien. Ce que Rihan et Faiya Younan ont dénié par la suite, interrogées sur la BBC

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.