franceinfo junior, France info

franceinfo junior. Pourquoi envoyer des touristes dans l'espace ?

Dans franceinfo junior, on part dans l'espace pour faire un peu de tourisme. Pour répondre aux questions sur ce sujet : l'émission reçoit l'astronaute Jean-François Clervoy.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le spationaute français Jean-François Clervoy à la Cité de l\'Espace, à Toulouse (Haute-Garonne) le 23 février 2016
Le spationaute français Jean-François Clervoy à la Cité de l'Espace, à Toulouse (Haute-Garonne) le 23 février 2016 (FRÉDÉRIC FLEUROT / FRANCE BLEU OCCITANIE / RADIO FRANCE)

Il y a 20 ans, le 28 avril 2001, un homme d'affaires richissime devenait le premier touriste de l'espace, contre somme de 20 millions de dollars : il s'agit de Dennis Tito qui a pris place dans une mission Soyouz. Alors qu'on parle beaucoup en ce moment de la mission Alpha dans l'ISS en orbite autour de la Terre, franceinfo junior s'intéresse cette fois-ci au tourisme spatial. Un sujet qui fait rêver et qui interroge Anna et Gabriel, 8 et 10 ans. Ils posent leurs questions à Jean-François Clervoy, ancien astronaute, co-auteur d'une Histoire de la conquête spatiale (éd. Vuibert).

Pour démarrer l'émission, Anna veut d'abord savoir "comment ils font pour envoyer des touristes dans l'espace", avec des fusées, des combinaisons ? "Est-ce qu'ils ont le droit d'aller sur d'autres planètes pour observer comment elles sont" poursuit l'écolière. Gabriel s'interroge à son tour : "Est-ce qu'il y aurait des hôtels spatiaux ou des centres d'accueil en orbite autour de la Terre ou simplement sur une autre planète ?" L'écolier se demande d'ailleurs si un tel voyage ne prendrait pas longtemps, "au moins un an et demi" s'étonne-t-il. Sur cette page, vous pouvez réécouter en entier cette émission franceinfo junior consacrée au tourisme spatial.

Le spationaute français Jean-François Clervoy à la Cité de l\'Espace, à Toulouse (Haute-Garonne) le 23 février 2016
Le spationaute français Jean-François Clervoy à la Cité de l'Espace, à Toulouse (Haute-Garonne) le 23 février 2016 (FRÉDÉRIC FLEUROT / FRANCE BLEU OCCITANIE / RADIO FRANCE)