Cet article date de plus de huit ans.

Alex Goude conseille "Lincoln"

écouter
Alex Goude qui double un des héros du film d'animation "Hôtel Transylvanie" conseille "Lincoln". A ne pas rater : "Quelques heures de printemps" et "Ted".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (©)

Alex Goude a eu un coup de coeur pour Lincoln de Steven Spielberg

"Je m'attendais à voir une biographie complète de la vie de Lincoln, mais pas du tout. Cela se concentre sur la guerre de Sécession et l'abolition de l'esclavage. J'ai trouvé ça tellement actuel que je me suis dit : mais pourquoi tout le monde ne va pas voir le film ? Je trouve que c'est hyper inspirant. "

Alex Goude est à l'affiche d'Hôtel Transylvanie de Genndy Tartakovsky

Synopsis : Bienvenue à l'Hôtel Transylvanie, le somptueux hôtel de
Dracula, où les monstres et leurs familles peuvent enfin vivre leur vie, se
détendre et faire "monstrueusement" la fête comme ils en ont envie sans être
embêtés par les humains.

Pour l'anniversaire de sa fille, la jeune Mavis, qui fête ses 118 printemps,
Dracula invite les plus célèbres monstres du monde – Frankenstein et sa femme,
la Momie, l'Homme Invisible, une famille de loups-garous, et bien d'autres
encore...

Tout se passe très bien, jusqu'à ce qu'un humain débarque par hasard à l'hôtel
et se lie d'amitié avec Mavis...

A voir en DVD :

Quelques heures de printemps de Stéphane Brizé

Synopsis : A 48 ans, Alain Evrard est obligé de retourner habiter chez
sa mère. Cohabitation forcée qui fait ressurgir toute la violence de leur
relation passée. Il découvre alors que sa mère est condamnée par la maladie.
Dans ces derniers mois de vie, seront-ils enfin capables de faire un pas l'un
vers l'autre ?

Ted de Seth MacFarlane

Synopsis : À 8 ans, le petit John Bennett fit le voeu que son ours en
peluche de Noël s'anime et devienne son meilleur ami pour la vie, et il vit son
voeu exaucé. Presque 30 ans plus tard, l'histoire n'a plus vraiment les allures
d'un conte de Noël. L'omniprésence de Ted aux côtés de John pèse lourdement sur
sa relation amoureuse avec Lori. Bien que patiente, Lori voit en cette amitié
exclusive, consistant principalement à boire des bières et fumer de l'herbe
devant des programmes télé plus ringards les uns que les autres, un handicap
pour John qui le confine à l'enfance, l'empêche de réussir professionnellement
et de réellement s'investir dans leur couple. Déchiré entre son amour pour Lori
et sa loyauté envers Ted, John lutte pour devenir enfin un homme, un vrai !

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.