Cet article date de plus de neuf ans.

Refuser une mission à l'étranger, un risque pour votre carrière?

écouter (3min)
"Pour réussir votre carrière, vous devez impérativement avoir une expérience à l'international". Voici ce que l'on apprend aux étudiants qui suivent des formations en gestion et management. Paradoxalement, dans les entreprises, les refus de partir pour "raison personnelle" sont plus fréquents. Comment expliquer cela?
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (©)

Questions à Christina Gierse, rédactrice en chef du site internet Vivre à l'Etranger.com du groupe Studyrama.

- Quels sont les
freins à la mobilité ?

  • Lorsque
    l'on est jeune, il peut s'agir de la carrière du conjoint, des études des
    enfants. Plus tard, on peut avoir un parent âgé à charge dont on ne souhaite
    pas s'éloigner. Un autre frein est la peur du retour. On sait qu'en France, les
    entreprises anticipent souvent mal le retour d'expatriation des collaborateurs,
    qui se retrouvent parfois dans un placard. Après avoir été absent plusieurs
    années, on vous fait comprendre que vous avez "loupé" quelque
    chose. Dans un pays anglo-saxon, vous revenez riche d'une autre culture.

- Finalement,
rien de nouveau ! Mais concernant la carrière du conjoint, qu'est-ce qui a
changé ?

  • On
    rencontre de plus en plus de couples à "double carrière", au sein desquels
    chaque membre occupe un poste à responsabilités. Ce couple se distingue du
    couple "à double revenu" où l'on travaille par nécessité, comme
    l'explique la consultante et sociologue Sandrine Meyfret *, auteur d'un livre
    sur ce sujet. Ce couple se différencie également du couple traditionnel dans
    lequel la femme lâche sa carrière dès qu'un enfant arrive.

- Comment le
couple à "double carrière" fonctionne-t-il face aux problématiques
de l'expatriation ?

  • C'est
    difficile car il est en train d'inventer un modèle. L'étude ECA 2012
    montre que les femmes représentent 13 % des salariés expatriés
    aujourd'hui, contre 6 % en 1995. Au quotidien, cela crée de sacrés
    problèmes organisationnels. L'exemple de ce couple, accompagné un temps par la
    consultante Sandrine Meyfret, est assez explicite : elle est en poste à
    Londres, lui à Dubaï. Ils ont décidé d'installer leurs enfants dans une maison
    avec nourrice à Roissy, non loin de l'aéroport. Grâce aux nouvelles
    technologies, ils travaillent en partie de chez eux, mais cette organisation,
    optimale vue la situation, paraît difficile à tenir sur le long terme !

- En effet. Mais
comment ce genre de situation est-il perçu par les entreprises ?

  • Elles
    paraissent plutôt démunies. Les dirigeants de ces groupes font encore partie
    des anciennes générations. Une femme dira : "Moi, j'ai levé le pied pour mes enfants. " Un homme de son âge
    ne comprendra pas que son jeune et brillant collaborateur refuse de partir car
    sa copine vient de décrocher un poste en France. On le voit, il reste encore
    beaucoup à faire pour que ces nouvelles aspirations soient prises en compte.

Ecrire à Christina Gierse

Aller plus loin

Retrouvez ce dossier sur Vivre à l'Etranger.com du groupe Studyrama

  • ECA International 2012.

  • Sandrine Meyfret est sociologue, directeur associée du cabinet
    Alomey
    . Elle est l'auteur du livre Le Couple
    à double carrière. Une figure qui réinvente les frontières entre vie
    privée et
    vie professionnelle ?
    Paru chez Connaissances et savoirs en
    mars 2012.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.