Expliquez-nous, France info

Expliquez-nous... le Nutri-Score, affiché sur certains de nos aliments

Alors que les députés ont adopté un texte jeudi 21 février qui rend obligatoire l'affichage du Nutri-Score sur tous les supports publicitaires pour les produits alimentaires, focus de franceinfo sur ce dispositif.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Des plats préparés portant le logo du Nutri-Score, le 31 janvier 2017 à Paris.
Des plats préparés portant le logo du Nutri-Score, le 31 janvier 2017 à Paris. (MAXPPP)

Le Nutri-Score, adopté par arrêté ministériel en octobre 2017, découle de l'obligation d'information nutritionnelle introduite par la loi Santé de 2016. Les consommateurs doivent savoir ce que contient ce qu'ils mangent. Le Nutri-Score est conçu par Santé publique France, supervisé par le ministère de la Santé. C'est donc un dispositif français que la Belgique et l'Espagne commencent à utiliser. L'idée de départ est d'aider le consommateur à comparer les produits alimentaires, les aliments transformés et les boissons.

Cinq lettres associées à cinq couleurs

Le logo suit un code couleur associé à des lettres, à la façon d'un feu tricolore. La signalétique va de A, en vert foncé, la plus favorable en terme de nutrition, à E en rouge, en passant par le vert clair, le jaune et le orange. Un score est calculé pour chaque produit en tenant compte, pour 100 grammes, de la teneur en nutriments et aliments à favoriser (fibres, protéines, fruits et légumes) et en nutriments à limiter (acides gras saturés, sucres simples et sel entre autres).

L'affichage du Nutri-Score dans la publicité, une situation paradoxale

Les députés ont adopté une mesure qui vise à rendre obligatoire l'affichage du Nutri-Score des produits dans les publicités, aussi bien sur les affiches, que dans les spots télévision, à la radio ou sur internet. Le paradoxe est que l'affichage du logo dans la publicité devient obligatoire alors que l'affichage du Nutri-Score sur le produit lui-même ne l'est pas, au nom de la libre circulation des produits au sein de l'Union européenne. Les entreprises sont simplement encouragées à l'utiliser. Au dernier pointage en décembre dernier, Santé publique France recensait 90 entreprises qui se sont engagées à apposer le logo sur leurs produits.

Certaines marques ne mentionnent pas de logo. Plusieurs grands groupes soutenaient un système concurrent, basé sur les teneurs en gras, en sucre et en sel non pas pour 100 grammes, mais par "portion", dénoncé par plusieurs associations de consommateurs.

Un Nutri-Score parfois critiqué mais appelé à évoluer

Le Nutri-Score est parfois critiqué par des chercheurs ou médecins qui regrettent par exemple que le produit alimentaire ne soit réduit qu'à une somme de nutriments sans tenir compte de la façon dont il est transformé, ou qui invitent à ne pas se baser sur le seul code couleur pour avoir une alimentation équilibrée, mais aussi sur le bon sens.

Le dispositif est en tout cas appelé à évoluer, en partenariat avec Open Food Facts, cette association qui a développé une base de données ouverte alimentée par des contributeurs dans le monde entier. Un des objectifs est de faire des consommateurs des acteurs du processus, qui, en œuvrant eux-mêmes à plus de transparence, encouragent les industriels à améliorer la qualité nutritionnelle des produits.

Des plats préparés portant le logo du Nutri-Score, le 31 janvier 2017 à Paris.
Des plats préparés portant le logo du Nutri-Score, le 31 janvier 2017 à Paris. (MAXPPP)