Cet article date de plus de huit ans.

Expliquez-nous ... le Brexit

Alors qu’un sommet européen se réunit jeudi pour éviter le Brexit, France Info vous explique ce terme.
Article rédigé par Gilbert Chevalier
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min
  (Le Premier ministre britannique David Cameron le 29 janvier 2016 à Bruxelles©MAXPPP)

Brexit est la contraction de "British et Exit". "Exit" signifie "sortie". Donc, le Brexit, c'est l'hypothèse d'une sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne. Le risque de Brexit est devenu réalité depuis que le Premier ministre britannique David Cameron a promis d'organiser un référendum pour demander à sa population si elle souhaite rester dans l'Union. 

Politique intérieure britannique

David Cameron a fait cette promesse pour de raisons de politique interne en janvier 2013. A l'époque Cameron était sous la pression des eurosceptiques de son propre parti, le parti conservateur.

 

Et d'un autre côté, il subissait la pression du parti anti-européen et anti-immigration, UKIP, qui montait dans l'opinion. Par ailleurs depuis 2013, la crise des migrants a attisé le débat politique sur le "Brexit" en Grande-Bretagne.    

Négociations avec Bruxelles

Le gouvernement britannique se sert du référendum comme d'un levier. Il demande à l'Europe d'assouplir certaines règles pour son pays. Ainsi, les Britanniques auront envie de rester dans l'Union et voteront dans ce sens en cas de référendum, au début de l'été prochain. 

Demandes britanniques

Elles sont au nombre de quatre.  

  • Sur l'euro, il faut diminuer d'importance des pays de la zone euro par rapport à ceux qui n'en font pas partie.  

  • Sur l'immigration, Londres veut que les européens qui s'installent en Grande-Bretagne attendent quatre ans de présence sur le territoire avant de toucher des aides sociales

  • Sur le libéralisme, Londres en voudrait plus, plus de liberté de circulation des capitaux et moins de règlementations européennes sur les entreprises.

  • Sur le fédéralisme, les Britanniques en veulent moins, avec un droit de véto des parlements nationaux contre les directives européennes. 

Réactions européennes

Le président du Conseil européen Donald Tusk a présenté des propositions aux Britanniques. Mais François Hollande pour la France estime qu'il ne serait pas acceptable de revenir sur les fondements des engagements européens, comme le souhaitent les Britanniques. 

Mode d’emploi du Brexit

Quant au Brexit, lui-même, il est techniquement possible car depuis le traité de Lisbonne en 2009, il est stipulé dans l'article 50 que "tout État membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l'Union". L'Etat qui décide de le faire doit le notifier au Conseil européen et négocier les modalités de sa sortie de l'Union européenne.

Toutes les vidéos d'Expliquez-nous sont à retrouver ici

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.