Cet article date de plus de sept ans.

Expliquez nous... la bataille de Kobané

écouter (453605min)
Une atmosphère de liesse règne depuis hier dans les régions kurdes syriennes après l'éviction du groupe jihadiste État islamique de la ville de Kobané. Gilbert Chevalier nous dit pourquoi c'est une véritable victoire sur Daesh.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Les forces kurdes célèbrent leur victoire à Kobané en Syrie © Maxppp)

 En dehors de l'aspect symbolique pour les uns et pour les autres, rien n'explique vraiment pourquoi Kobané est devenu cette ville tant disputée depuis septembre dernier . 

Il n'y pas de materiaux rares, de pétrole ou je ne sais quelle richesse à convoiter  !  En fait la seule richesse de Kobané est sans doute sa position géographique à la frontière turc et sur la route entre Al Raqqa et Alep.Kobané est une petite ville du nord de la Syrie. Elle avait une population de 44.000 habitants au dernier recensement de 2004. Elle était habitée essentiellement  par des Kurdes, des Arabes. Kobané a été construite autour d'une voie ferrée et d'une gare en 1912. La voie qui reliait Bagdad à Istanbul. L'État islamique a essayé de prendre le contrôle de la ville une pemière fois en juillet dernier . Puis plus franchement en septembre. C'est alors que l'on parle de "bataille" de Kobané à partir de la mi-septembre au moment où les forces de Daesh parviennent en bordure de la ville dans certains quartiers. Pourtant la conquête des villages environnant Kobané avait commencé au debut de l''année 2014.

Les combats ont fait au total plus de 1.600 morts.

Daesh a perdu plus de 1.000 djihadistes dans la bataille de  Kobané.Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont fui la région et se sont refugiés  notamment de l'autre coté de la frontière en Turquie. La ville a été parfois surnommée le  "Stalingrad du Moyen-Orient". La ville elle même ne represente pas un enjeu capitale. Si ce n'est sa position à la frontière turc et sur la route entre Al Raqqa le fief de l'État  Islamique et Alep. Mais avant la bataille de Kobané, l'État Islamique controlait déjà les villages alentours. Si leur objectif était de sécuriser les bordures de l’Euphrate, y compris pour prévenir tout engagement des Kurdes du côté est du fleuve, les prises aux alentours de Kobané devaient suffire tactiquement.  La détermination de l'État Islamique à conquérir cette ville frontalière de la Turquie a transformé Kobané en un symbole de la lutte contre ce groupe extrémiste. Et comme par une sorte de symétrie, les kurdes qui defendaient Kobané sous les yeux du monde entier ne pouvaient pas abandonner la ville.  Rappelons également qu'en 2012, dans le cadre de la guerre civile syrienne, la ville est passée sous le contrôle d'un mouvement kurde. Le PYD, le Parti de l'union démocratique.Avec l'espoir de voir naitre un kurdistan Syrien autonome sur le modèle irakien.         

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.