Expliquez-nous, France info

Expliquez-nous... L'astroturfing

Alors que des internautes ont évoqué des soupçons de de "manipulation" de la cagnotte lancée par Renaud Muselier en faveur des policiers blessés lors de manifestations de "gilets jaunes"  (la plateforme Leetchi évoque des problèmes techniques), focus de franceinfo sur un terme utilisé lors de cette polémique:  l'astroturfing.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
La cagnotte Leetchi pour soutenir les membres des forces de l\'ordre blessés pendant les manifestations des \"gilets jaunes\" a dépassé le million d\'euros, le 10 janvier 2019.
La cagnotte Leetchi pour soutenir les membres des forces de l'ordre blessés pendant les manifestations des "gilets jaunes" a dépassé le million d'euros, le 10 janvier 2019. (LEETCHI)


L’astroturfing consiste à donner l'impression d’un phénomène de masse, d'un mouvement d'opinion populaire, en réalité créé de toutes pièces. Il revient à simuler la spontanéité d’un mouvement citoyen, ou à l'amplifier artificiellement

Une origine américaine

Le terme "astroturfing" n'est pas du tout lié aux astres, ni aux paris hippiques.

Le mot vient d'une marque américaine, "Astroturf", qui fabrique des pelouses artificelles ressemblant particulièrement aux vraies. 

Il est lié à l'expression en anglais "grassroots movements", littéralement les "mouvements issus des racines d'herbe", c'est à dire la base, les mouvements venus de la base, de la société civile.

Mettre en place des techniques d'astroturfing, c'est donc donner l'impression de "grassroots movements", de mouvements spontanés, citoyens, massifs, alors qu'ils sont en fait orchestrés et coordonnés par une personne ou un groupe de personnes qui dissimule son objectif. 

Le terme a été utilisé pour la première fois aux Etats-Unis en 1986 par le sénateur du Texas Lloyd Bentsen pour décrire un afflux de courriers à son secrétariat qui n'avait selon lui pour autre but que de défendre les intérêts de compagnies d'assurance. A ces expéditeurs fantômes d'autrefois ont succédé les faux comptes, les contributions générées par des robots sur internet, ou les vrais comptes de personnes censées ne pas se connaître et qui vont poster des messages similaires donnant l'impression d'une pensée ou d'un phénomène massif alors que l'opération est orchestrée par une personne ou un groupe.

Le concept existait avant même qu'il ne soit étudié comme il l'est aujourd'hui. On cite parfois l'exemple du président Richard Nixon qui avait une équipe chargée d'écrire au courriers des lecteurs de médias américains pour vanter sa politique, ou de groupes employés par le gouvernement chinois pour poster sur internet des messages favorables.

Un terme qui englobe des procédés et des phénomènes divers

Le concept d'astroturfing renvoie au fait de véhiculer des messages ou d'exercer une action sous un masque d'identité citoyenne, quelles que soient les techniques utilisées: manuelles ou algorithmiques.

Les chercheurs qui utilisent ce terme ont pu le faire pour désigner des actions menées par des Etats ou des groupes politiques -pour influencer l'opinion publique, les médias, le vote- mais aussi par des marques: le fait d'utiliser un groupe de personnes et les faire passer pour des consommateurs lambda en postant des commentaires, des avis, avec un but précis -comme déclencher un geste d'achat- peut être assimilé à de l'astroturfing.

Comment contrer des actes d'astroturfing?

On peut détecter et contrer les techniques de manipulations informatiques -même si se développent parfois des contre-parades- L'astroturfing peut être difficile à prouver et, parfois, lorsqu'il est mis au jour, le but recherché a déjà été atteint.

Cela dit, quelles que soient les techniques, il y a toujours derrière les opérations menées, des individus susceptibles de faire des erreurs révélant la manipulation.

La cagnotte Leetchi pour soutenir les membres des forces de l\'ordre blessés pendant les manifestations des \"gilets jaunes\" a dépassé le million d\'euros, le 10 janvier 2019.
La cagnotte Leetchi pour soutenir les membres des forces de l'ordre blessés pendant les manifestations des "gilets jaunes" a dépassé le million d'euros, le 10 janvier 2019. (LEETCHI)