Cet article date de plus d'un an.

Voile et abattage rituel : les contradictions du Rassemblement national

Jordan Bardella, président du Rassemblement national est revenu sur des mesures phares du programme de Marine Le Pen. Des propositions fortes... mais pas exemptes de contractions.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min
Clément Viktorovitch dans Entre les lignes, sur franceinfo, le 19 avril 2022. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

C’est le moins que l’on puisse dire ! Jordan Bardella s’est contredit sur franceinfo mardi 19 avril à plusieurs reprises, en moins d'une heure d'interview. Commençons par l’interdiction du port du voile. C’est évidemment une mesure iconique du programme de Marine Le Pen. Pourtant, ces derniers jours, elle avait semblé la défendre moins vigoureusement. Jeudi dernier, en meeting à Avignon, elle affirmait qu’elle ne retirerait "aucun droit à aucun français". Pas même, donc, le droit de porter le voile pour les femmes françaises de confession musulmane ?

>> Ce qu'il faut retenir du "Matin présidentiel" avec Jordan Bardella, président du Rassemblement national 

Mardi matin, Jordan Bardella était beaucoup plus ferme. "On peut pratiquer sa religion sans le voile, déclare Jordan Bardella. Je suis désolé, mais la femme française, elle est libre. La femme française, elle n'a pas à se voiler la tête pour exprimer une revendication politique, en tout cas dans l'espace public. Nous allons demander un effort, y compris à des gens qui sont là depuis un peu plus longtemps et qui ne portent pas le voile avec une signification politique." En définitive, le voile sera bien interdit, et celles qui le portaient devront faire un effort.

"Un objectif à terme"

Cela à le mérite de la clarté, oui mais pas de la cohérence ! Jordan Bardella affirme, de manière très péremptoire : "la femme française, elle est libre, elle n’a pas à se voiler la tête pour des raisons politiques". Alors, d’une part, il n’y a pas d’incompatibilité entre les deux, on peut tout à fait arborer un signe politique, en toute liberté. D’autre part, il confesse lui-même, que certaines femmes portent le voile librement, pour des raisons religieuses. "Si là encore des points de notre projet sont susceptibles de créer la moindre tension supplémentaire dans la société française à l'heure où nous entrons peut-être dans une phase de tension sociale, etc... On ne sera pas obtus et on ne sera pas braqués sur ces questions-là, affirme Jordan Bardella. Cela veut dire que le voile n'est pas souhaitable et que c'est un objectif à terme. Mais cela veut dire de manière très claire que la priorité c'est de maîtriser l'immigration et c'est de lutter contre le communautarisme."

Ah ! Donc soudain, la position est moins ferme ! L’interdiction du voile n’est plus qu’un simple "objectif à terme", sur lequel ils sont prêts à négocier ! C’est une contradiction majeure avec la position qui était tenue quelques minutes plus tôt, par le même président du RN. Il nous faut donc prendre acte du fait que, à 5 jours du scrutin, nous ne savons plus quelle est la position de leur candidate sur cette question, qui nous est pourtant présentée comme essentielle.

Des incohérences dans les prises de position

Concernant le sujet de l'abattage rituel, le moins que l’on puisse dire, c’est que sa position est claire. "Le bien-être animal est une préoccupation pour des millions de Français, reprend Jordan Bardella. L'idée n'est pas non plus de pénaliser des gens qui voudraient pratiquer leur religion ou consommer de la viande qui soit casher ou halal. Ils pourront en importer mais à partir du moment où un bovin est abattu dans un abattoir français, alors nous demanderons un étourdissement préalable." Ils exigeront l’étourdissement préalable. Cela revient à interdire, de fait, l’abattage rituel en France, mais pas pour des raisons de religion, non : par égard pour les animaux. Soit. Mais dans ce cas, que pense-t-il de deux pratiques qui sont précisément critiquées par les défenseurs de la cause animale : la corrida et les chasses traditionnelles ? "La corrida, c'est des sujets extrêmement sensibles qui déchaînent les passions, sera en tout cas interdite aux mineurs."

"Moi je ne suis pas opposé à la chasse. Je ne suis pas chasseur. Il y a des pratiques de chasse qui me choquent à titre personnel. Je pense notamment à la chasse à courre. Maintenant nous ne sommes pas pour l'interdiction de la chasse."

Jordan Bardella

sur franceinfo

La corrida doit être interdite au mineurs… pour leur éviter un spectacle violent donc, ce qui, vous en conviendrez, ne change rien à la souffrance du taureau ! Quant aux chasses traditionnelles, Jordan Bardella confesse lui-même qu’il les juge choquantes, comme il jugeait choquant l’abattage rituel… mais étonnamment, il n’est nullement question de les interdire ! D’une même prémisse, il aboutit donc à deux conclusions opposées : c’est la définition d’une contradiction.

Ces incohérences révèlent la difficile transformation du Rassemblement national en parti de gouvernement. Ces deux propositions sont des symboles que Marine Le Pen porte depuis sa toute première candidature, et qui ont en commun de cibler notamment, ou, exclusivement, les musulmans. Des symboles de plus en plus difficiles à défendre sur le plan de la faisabilité juridique et de la cohérence politique. Mais qui demeurent, de toute évidence, des impondérables stratégiques, et des invariants idéologiques. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.