L’Espagne, plus que jamais un eldorado immobilier pour les étrangers

écouter (3min)

Sur les six premiers mois de 2022, une maison sur cinq vendues en Espagne a été achetée par un étranger.

Article rédigé par
Marie-Hélène Ballestero, édité par Ariane Schwab - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Un panneau publicitaire pour un complexe immobilier à Lanzarote, aux Canaries : "Quelle valeur a vos rêves ?" (TIM SOMERSET / MAXPPP)

Le marché de l’immobilier a le vent en poupe en Espagne et, en grande partie, grâce aux étrangers qui sont revenus en force à partir de juillet 2021, selon des chiffres publiés récemment par le Collège des notaires. Une embellie qui ravit bien sûr les experts.

>> Pourtant... L’Espagne est plus divisée et appauvrie que jamais

"L’Espagne a toujours été une destination très intéressante pour les investisseurs internationaux mais 2022 semble être une année particulièrement bonne, se réjouit Francisco Iñareta, porte-parole de Idealista, le premier site d’annonces immobilières en Espagne. Les 73 000 logements achetés par les étrangers au cours des 6 premiers mois de l’année représentent le nombre le plus élevé depuis 2007, soit une maison vendue sur cinq.

"Les Européens qui achètent le plus restent les Britanniques, les Allemands et les Français, bien que les pays où l’intérêt pour le marché espagnol a le plus augmenté sont les Pays-Bas, la Norvège et l'Irlande."

Francisco Iñareta, porte-parole d'un site d’annonces immobilières

à franceinfo

Et cela fait déjà trois semestres consécutifs que les achats de logements en Espagne par des étrangers augmentent de façon importante, avec une hausse moyenne, toutes nationalités confondues, de près de 53% par rapport au premier semestre 2021. Quant aux Néerlandais, Irlandais et Norvégiens, ils ont acquis cette année deux fois plus de logements qu’en 2021.    

Les régions espagnoles les plus prisées par les étrangers pour l’acquisition d’une maison sont toujours la Costa del Sol, la région de Valence, la Costa Brava et les deux archipels, les Baléares et les Canaries. "Celui qui visite les îles vient une première fois, puis il revient avant de s’y installer car il découvre une qualité de vie que l’on ne trouve nulle part ailleurs en Europe", constate Fátima Rahmouni, porte-parole de ACEGI, l’Association des entreprises de gestion immobilière des Îles Canaries.

"Il y a le bon climat mais aussi, le faible coût de la vie et la rentabilité d'avoir une résidence secondaire ici. Sans oublier, la question énergétique car, aux Canaries, il n’y a pas de gaz naturel et on n'a pas besoin de chauffage, ce qui représente un atout de taille."

Fátima Rahmouni, agente immobilière

à franceinfo

Au cours du dernier trimestre, aux Canaries, 34% des logements ont été achetés par des étrangers, c'est plus du double que dans le reste de l'Espagne. Conséquence logique, les biens disponibles à la vente se raréfient et les prix continuent d’augmenter. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.