En direct du monde, France info

La parodie d'une chanson provoque un incident diplomatique entre Israël et les Pays-Bas

Une chaîne de télévision néérlandaise a parodié la chanson "Toy" de l'Israélienne, Netta Barzilai, gagnante de l'Eurovision. Une parodie aux relents "antisémites", estime l'État hébreu.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
La chanteuse israélienne Netta Barzilai, gagnante de l\'Eurovision 2018
La chanteuse israélienne Netta Barzilai, gagnante de l'Eurovision 2018 (Joerg Carstensen/dpa/picture-alliance/Newscom/MaxPPP)

Vous avez peut être entendu cette chanson, Toy, qui a permis  à la chanteuse israélienne Netta Barzilai de remporter l’Eurovision 2018. Un morceau très pop et haut en couleurs, inspiré par la campagne #MeToo. Mais depuis quelques jours, une parodie de ce titre chantée par une comédienne aux Pays-Bas fait scandale dans l’État hébreu.

Une parodie antisémite ?

La parodie a été diffusée sur une chaîne de télévision néerlandaise. Dans la vidéo, on aperçoit une comédienne qui est habillée et coiffée comme Netta Barzilai, avec un kimono rouge. Derrière elle, de grands écrans diffusent des images de Gaza, avec ces paroles : "Regardez comme c'est beau quand je lâche des bombes, Depuis 70 ans cette fête continue", puis "Ouvrez une ambassade et assurez-vous d’encaisser votre argent."

Des paroles à la résonnance particulière, alors que plus de 60 Gazaouis ont perdu la vie sous les balles israéliennes le 14 mai dernier, jour du déménagement de l’ambassade américaine à Jérusalem lors des 70 ans d'Israël. Le ministère des Affaires étrangères israélien s’est plaint au gouvernement néerlandais et à la chaîne de télévision, en soulignant "des allusions antisémites, comme le rapport des juifs à l’argent". C'est "un sketch honteux" dit-il.

La chaîne de télévision BNNVARA se défend et parle d’une "satire" et en aucun cas d’une "critique de la communauté juive". Pourtant en Israël, la vidéo fait scandale et pour la presse du pays, l’Europe reste un endroit où l’antisémitisme se porte trop bien. Le quotidien populaire Israël Hayom se réfère par exemple à une récente caricature dans un journal allemand, du Premier ministre israélien. On le voit habillé comme la chanteuse Netta Barzilai, avec dans la main, un missile doté d’une étoile de David.

Netta Barzilai, star nationale en Israël

Impossible de faire un pas à Tel-Aviv sans entendre sa chanson, même si certains ici ont regretté qu’elle se produise en plein air ce même soir du 14 mai, ajoutant à la schizophrénie de cette journée : d’un côté Gaza et ses dizaines de morts, de l’autre l’Eurovision et l’euphorie pro-américaine.

Cette victoire de l’Eurovision est vécue comme une réussite nationale. La récupération politique de la "Netta Mani" bat son plein. Le Premier ministre Benyamin Netanyahou a félicité la chanteuse et s’est même livré avec elle à une petite chorégraphie très médiatisée. Ici, qu'ils soient chanteurs ou sportifs, les Israéliens qui portent les couleurs du pays à l’étranger sont vus comme des ambassadeurs d’un État qui, pour ses habitants, est trop souvent éclipsé par la question palestinienne.

La chanteuse israélienne Netta Barzilai, gagnante de l\'Eurovision 2018
La chanteuse israélienne Netta Barzilai, gagnante de l'Eurovision 2018 (Joerg Carstensen/dpa/picture-alliance/Newscom/MaxPPP)