En direct du monde, France info

En direct du monde. Au Mexique, une fondation permet d’aider les victimes du séisme en louant des appartements virtuels

Une fondation mexicaine lance une initiative originale pour récolter des fonds : louer symboliquement une chambre dans un logement détruit par le séisme.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Des secouiristes mexicains à la recherche de survivants après le séisme du 26 septembre 2017.
Des secouiristes mexicains à la recherche de survivants après le séisme du 26 septembre 2017. (RONALDO SCHEMIDT / AFP)

Il y a dix jours, la terre tremblait au Mexique. De 7,1 sur l’échelle de Richter, ce séisme a laissé plus de 330 morts et d’importants ravages. Des dizaines d’immeubles se sont effondrés dans la capitale et dans plusieurs régions du sud du pays, déjà touchées par un autre séisme douze jours plus tôt. Alors que les recherches de survivants sont désormais sans espoir, on songe à la reconstruction.
Une fondation lance une initiative originale pour récolter des fonds : il s’agit de réserver symboliquement une chambre dans un logement détruit par le séisme.

Le site s’appelle Arribamexico et il fonctionne comme une plateforme virtuelle de réservation de logements. En fait, c’est une sorte de Airbnb caritatif. Et ici, même les logements sont virtuels puisqu’ils n’existent plus, ils ont été détruits dans le tremblement de terre. Le site affiche donc une série d’annonces, avec des photos de tas de décombres. Il offre par exemple : "Une chambre dans un immeuble dévasté dans le quartier à la mode de la Condesa". Le client réserve un logement qui coûte entre 2 et 100 euros environ. Cet argent sera destiné à l’aménagement de refuges pour les personnes qui ont perdu leur maison lors du tremblement de terre. Le reste des fonds sera consacré à des projets de reconstruction dans les zones les plus affectées du pays.

Des édifices menacent toujours de s’effondrer

À Mexico une quarantaine d’immeubles sont tombés suite au séisme. La ville a mobilisé 4 000 architectes et ingénieurs pour réviser les constructions de la ville et leur verdict est que plus de 1 000 sont considérés à risque, donc les habitants de ces logements mais aussi de tous les immeubles voisins ont été évacués. Ce sont des milliers de personnes qui ne peuvent pas rentrer chez elle, d’autres milliers qui ne peuvent pas aller travailler. Les habitants de Mexico sont choqués parce que certains des immeubles qui se sont écroulés étaient neufs et ont été construits avec des matériaux de mauvaise qualité.

Des rumeurs courent au sujet de l’état de certains bâtiments

Il y a plusieurs rumeurs qui ont parcouru la ville. Une qui disait qu’une salle de spectacle allait s’effondrer, alors que les dégâts étaient finalement superficiels. Et puis, au coeur de la zone la plus touchée par le séisme, le bruit a commencé à courir qu’un immeuble emblématique de 17 étages, un mastodonte construit dans les années 1950, allait s’effondrer. C’était un peu plus qu’une rumeur puisque l’armée et la police ont fait évacuer l’édifice. Mais en réalité c’était simplement pour réviser sa structure. Entre temps on voyait des attroupements se former dans la rue, une foule qui voulait observer l’effondrement imminent. Finalement les experts ont annoncé qu’il était en parfait état et que c’était l’immeuble qui avait le mieux résisté au séisme.

Des secouiristes mexicains à la recherche de survivants après le séisme du 26 septembre 2017.
Des secouiristes mexicains à la recherche de survivants après le séisme du 26 septembre 2017. (RONALDO SCHEMIDT / AFP)