En direct du monde, France info

En Autriche, la traditionnelle saison des bals de Vienne est ouverte

Des danseurs du monde entier se rendent chaque hiver à Vienne, la capitale autrichienne, pour se plier à cette tradition millénaire : le bal. Tenue de soirée exigée.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Les \"débutantes\" du bal de l\'Opéra, le 8 février 2018 à Vienne en Autriche.
Les "débutantes" du bal de l'Opéra, le 8 février 2018 à Vienne en Autriche. (ROLAND SCHLAGER / APA)

La tradition remonte au XVIIIe siècle, lorsque les bals de cour des Habsbourg ne se sont plus limités à la seule aristocratie mais se sont ouverts au reste de la société viennoise. Vienne accueille chaque année 450 bals, qui attirent 500 000 visiteurs. Et il y en a pour tous les goûts : cela va du bal des corporations d’extrême droite à celui des vegans. Chaque corps de métier a également son propre bal : les juristes, les médecins, les haltérophiles ou encore les gérants de café.  

Un rituel immuable  

Tout commence par les tenues : robe de bal exigée pour les femmes et costume pour les hommes. Idem sur la piste, où différentes danses et genres musicaux s’enchaînent, dont évidemment la célèbre valse et, à minuit, le traditionnel quadrille collectif. Les bals sont ouverts par de jeunes danseurs qui ont été sélectionnés, on les appelle les "débutants". C’est le cas d’Hannah qui a ouvert le bal des confiseurs, l’un des plus importants et des plus populaires auprès des Viennois. Après sa danse, la jeune femme est soulagée.   "Je crois que ça s’est bien passé ! On s’est entraîné longtemps pour ça : nous avons eu trois ou quatre répétitions donc c’est quand même un peu éprouvant. Mais je me suis sentie très bien sur la piste."  Comme elle, plus de 3 000 convives ont assisté au bal des confiseurs au palais impérial de la Hofburg.

C’est évidemment une tradition et un honneur de pouvoir ouvrir un bal, on en est très fiers ! Et moi ça m’amuse, c’est pour ça que je le fais !

Hannah, une "débutante"

à franceinfo

Au-delà du décorum, les bals sont aussi un enjeu économique. En effet, nombreux sont les secteurs à profiter de la saison des bals : l’hôtellerie et la gastronomie bien sûr mais aussi les magasins de robes et de smokings, les coiffeurs ou encore les fleuristes. La chambre de commerce de Vienne s’attend cette saison à un chiffre d’affaire de 151 millions d’euros, soit une hausse de 6 millions par rapport à l’an passé. Selon ses estimations, chaque convive déboursera 290 euros en moyenne par bal, toutes dépenses confondues.

Évidemment, le ticket d’entrée est compris dans cette somme : il est très élevé pour certains bals, 315 euros par exemple pour le plus connu d’entre eux, le bal de l’Opéra. Mais il y a, à Vienne, l’embarras du choix : vous trouverez facilement des bals plus confidentiels, où l’entrée coûte moins de 100 euros ... 56 euros par exemple pour entrer au bal Arc-en-ciel, rendez-vous LGBT incontournable de la fin janvier. 

Les \"débutantes\" du bal de l\'Opéra, le 8 février 2018 à Vienne en Autriche.
Les "débutantes" du bal de l'Opéra, le 8 février 2018 à Vienne en Autriche. (ROLAND SCHLAGER / APA)