En direct du monde, France info

En Autriche, la pratique du ski d'automne en question

L’ouverture dès le mois d'octobre d’une piste de ski dans le Tyrol, au coeur des Alpes, fait polémique sur fond de réchauffement climatique.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Snowfarming dans le Tyrol autrichien (illustration)
Snowfarming dans le Tyrol autrichien (illustration) (HELMUT FOHRINGER / APA-PICTUREDESK)

La station de Kitzbühel est connue dans le monde entier car elle accueille certaines épreuves de la Coupe du monde de ski alpin. C’est là que le 19 octobre dernier, une piste de 700 mètres de long et 60 mètres de large a été ouverte, à 1 800 mètres d’altitude, alors qu'il faisait près de 15 degrés. Comment cela est-il possible ? Et bien grâce à la technique du snowfarming, qui consiste à stocker de la neige d’une saison sur l’autre. Une bande de neige a ainsi été déposée sur l’herbe, au beau milieu d’un paysage encore automnal.

Bonne idée ou démarche irresponsable ?

Plusieurs ONG environnementales dénoncent une démarche insensée alors que le réchauffement climatique a déjà des conséquences dramatiques pour les Alpes, et notamment la raréfaction de la neige. La station, elle, assure que le snowfarming permet d’économiser de l’eau et de l’énergie car elle recycle la neige de la saison précédente au lieu d’en produire. Argument qui ne convainc pas Reinhard Gschöpf, directeur d'une association de défense des Alpes : "Cette neige est produite artificiellement l’année d’avant, donc beaucoup d’énergie est consommée. De plus, avec le snowfarming, une partie de cette neige est perdue à cause des températures élevées en été. Et à la fin, il faut l’amener sur la piste, ce qui se fait à l’aide de machines qui consomment, là encore, beaucoup d’énergie."

Outre les ONG, les Verts ont eux aussi vivement critiqué l’ouverture de cette piste. Et ce n'est pas anodin, puisque les écologistes pourraient bientôt entrer au gouvernement : ils ont réalisé lors des législatives de septembre dernier une percée avec près de 14% des voix et discutent avec les conservateurs, arrivés en tête, pour peut-être former ensemble un gouvernement.

Manne financière

La question climatique est donc bel et bien présente aujourd’hui dans les débats. Or le ski n’est pas un sujet anodin en Autriche. Le tourisme d’hiver y est une manne financière, représentant par exemple 15 milliards d’euros de chiffre d’affaires l’hiver dernier. Mais cela ne doit pas faire oublier les enjeux climatiques, selon les Verts. Ils exigent que le tourisme du ski soit repensé afin de s’adapter à la montagne et non l’inverse. Évidemment, si les Verts entraient au gouvernement, leur message serait davantage entendu. Du moins, ils l’espèrent.

Snowfarming dans le Tyrol autrichien (illustration)
Snowfarming dans le Tyrol autrichien (illustration) (HELMUT FOHRINGER / APA-PICTUREDESK)