En Argentine, le musée des Malouines retrace l'histoire de la guerre mais aussi l'héritage des îles

écouter (3min)

Alors que l'Argentine a célébré samedi le 40e anniversaire de la guerre des Malouines, le musée consacré à ces îles à Buenos Aires raconte ce conflit mais présente aussi les particularités de ce territoire.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le président argentin Alberto Fernandez prononce un discours devant le musée des îles Malouines à Buenos Aires, le 2 avril 2022, à l'occasion du 40e anniversaire de la guerre. (MARIA EUGENIA CERUTTI / ARGENTINIAN PRESIDENCY / AFP)

L’Argentine a commémoré samedi 2 avril le 40e anniversaire du début de la guerre des Malouines. En avril 1982, le dictateur Leopoldo Galtieri envoyait ses troupes sur les îles pour y planter le drapeau argentin, 150 ans après l’occupation anglaise. À Buenos Aires, le musée des Malouines retrace l'histoire de cette guerre. Mais même si la guerre couvre une bonne partie de l’exposition permanente, ce musée sur trois niveaux, qui a ouvert ses portes en 2014, couvre différents sujets en rapport avec les Malouines : la faune, la flore très similaires à la Patagonie, les recherches scientifiques dans l’Antarctique et surtout l’histoire des îles...

Avant d’être appelées les Falklands, le îles Malouines, comme leur nom l’indique, ont été habitées par les Malouins, les explorateurs venus de Saint-Malo et dirigés par Bougainville en 1764. Les Français ont ensuite cédé les terres aux Espagnols, et, au moment de l’indépendance en 1810, les Malouines, comme le reste du territoire continental, sont devenues argentines. C’est en 1833 que les Anglais ont débarqué sur les îles, en se les appropriant.

"Il y avait 23 familles. Toute cette communauté était en train de construire l’Argentine qui faisait ses premiers pas car on avait seulement dix ans d’indépendance. Il y a même eu un moment où les Anglais ont failli nous rendre les îles parce que les habitants dépendaient tous de l’Argentine", explique Edgardo Esteban, le directeur du musée. "Il y avait un lien très étroit avec les habitants des îles que la dictature militaire a détruit car la guerre a marqué un véritable recul. C’est pour ça qu’il faut se frayer un chemin pour expliquer au monde que le peuple argentin est debout, pacifique, mais avec beaucoup de force pour continuer à lutter pour cette conviction que les Malouines sont et seront argentines."

L'objectif de transmettre aux jeunes générations

Les Argentins n’ont donc jamais cessé de revendiquer les Malouines. Depuis 189 ans et ce qui est considéré ici comme une usurpation des Anglais, la réclamation a toujours été faite par voie diplomatique, sauf en 1982, en pleine dictature militaire. Le lieutenant général Galtieri qui avait succédé à Videla a envoyé ses troupes aux Malouines en vue de les récupérer par la force. Le musée montre les deux faces de la médaille : les unes des journaux officiels annonçant une défaite anglaise et les tenues rudimentaires des soldats argentins pour la plupart conscrits, très jeunes, sans expérience, sans équipement et mourant de faim.

Des objets mais aussi des reportages, des témoignages et des cartes interactives retracent l’histoire des Malouines, le traumatisme de la guerre et les incessantes tentatives de récupération des îles à l’ONU. Quarante-deux écrans et une immersion 3D permettent aux plus jeunes de profiter du musée. L’idée est de transmettre la passion et le fort sentiment d’appartenance argentin pour les Malouines pour des raisons historiques, géographiques et émotionnelles. Elle est aussi d’expliquer aux visiteurs que ces îles de l’Atlantique Sud sont finalement beaucoup plus qu’une vieille dispute avec les Anglais.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.