Cet article date de plus de trois ans.

En Afghanistan, la photo d'une jeune mère passant un examen émeut tout le pays

écouter (3min)

En quelques semaines, Jahantab Ahmadi, 25 ans, est devenue le symbole du courage des femmes afghanes. Récit d'une photo virale.

Article rédigé par
Sonia Ghezali, RFI - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La photo de cette jeune étudiante et mère de famille afghane est devenue virale sur les réseaux sociaux. (YAHYA ERFAN / AFP)

La photo est devenue virale sur les réseaux sociaux en Afghanistan : on y voit une jeune femme passant un examen d’entrée à l’université avec son bébé de deux mois sur les genoux. Âgée de 25 ans, cette mère de trois enfants, a mis 10 heures pour atteindre le centre d’examen. Depuis la diffusion de cette photo sur Facebook, Jahantab Ahmadi est considérée comme une héroïne dans le pays.

Elle rêve de devenir médecin

Il y a encore quelques semaines, Jahantab Ahmadi vivait avec son époux Isa - un fermier - et leurs trois enfants dans un village du centre de l’Afghanistan. La jeune femme a toujours rêvé de poursuivre ses études mais, comme beaucoup de femmes afghanes, elle a été mariée jeune. Avec trois enfants en bas âge, elle a tout de même réussi à continuer le lycée qu'elle a quitté à 18 ans.

Jahantab Ahmadi n’a jamais abandonné son rêve d'être médecin, comme elle le confie sur les plateaux de télévision où, depuis que la photo est devenue virale, elle est invitée pour raconter son histoire. Elle a donc décidé de passer les examens d’entrée à l'université dans la capitale provinciale de Deykandi, sa région. Pour cela, elle a dû marcher deux heures, avec son bébé de deux mois dans les bras, pour attraper un bus. Après huit heures de trajet, elle est parvenue au centre d’examen. C'est là que le fameux cliché a été pris.

Un enseignant, à l'origine de la photo

Sur cette photo, on voit la jeune femme assise en tailleur, par terre, derrière des rangées d’étudiants penchés sur des pupitres. Enroulée dans un voile bleu clair, elle tient une feuille dans la main gauche et est penchée sur une copie posée sur le sol caillouteux, son bébé sur les genoux. Dans son dos, des étudiants sont assis à leurs pupitres. Elle aussi, au départ, était assise à une table comme les autres, mais elle a choisi de s'installer par terre, à l'arrière car, dit-elle, sa fille était souffrante ce jour-là et elle ne cessait de crier. Jahantab Ahmadi a donc préféré s'isoler pour ne pas déranger les autres candidats à l'examen.

Un enseignant chargé de faire passer les tests a pris la photo et l'a publiée sur les réseaux sociaux. La jeune femme n'en n'avait pas entendu parler jusqu'à ce que des proches lui en parlent et lui montrent la photo et les commentaires des internautes à son sujet. Et c'est à partir de là qu'elle a été contactée par différents médias.

L'élan de solidarité 

Depuis, Jahantab Ahmadi est érigée en modèle et un élan de solidarité a été enclenché. Une collecte, lancée sur internet pour lui permettre de poursuivre ses études, a permis de récolter 14 000 dollars (11 200 euros). La somme est très importante dans ce pays où le salaire moyen est de 180 euros par mois. Une militante féministe a même décidé d'héberger toute la famille à Kaboul, la capitale. Cette femme s'est aussi engagée à leur trouver un logement et elle a inscrit Jahantab Ahmadi dans une université privée. 

Jahantab Ahmadi est devenue un symbole pour l'éducation des filles afghanes. Aujourd'hui, le taux d'alphabétisation compte parmi les plus bas au monde : environ 36%, il est encore plus bas pour les filles.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.