En direct du monde, France info

Au Rajasthan, le temple de Karni Mata foisonne de rats sacrés (et empâtés)

Les dieux honorés dans le temple de Karni Mata, en Inde, sont des rats vivants, logés et nourris comme des rois. À un point tel que la plupart d’entre eux deviennent obèses et léthargiques…

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Depuis le XVe siècle, les Rajasthanais, et plus largement tous les Indiens, vénèrent les rongeurs dans le temple de Karni Mata, situé près de la ville de Bikaner.
Depuis le XVe siècle, les Rajasthanais, et plus largement tous les Indiens, vénèrent les rongeurs dans le temple de Karni Mata, situé près de la ville de Bikaner. (LUIS ?NGEL REGLERO / EFE)

Il est en Inde, au Rajasthan, un temple pas tout à fait comme les autres : les dieux qui y sont honorés sont des rats vivants. Cela se passe au Rajasthan, dans le nord de l’Inde : celui qui s'y rendra devra accepter de marcher dans des allées grouillant de ces rongeurs. La légende raconte qu’il y a plusieurs siècles, l’une des patronnes vénérées par les habitants du Rajasthan, Karni Mata, aurait perdu son fils, qui se serait noyé dans un étang. Cette femme aurait alors imploré le dieu de la mort pour qu’il réincarne son enfant. Réclamation acceptée : son fils est finalement ressuscité…  dans le corps d’un rat. Ainsi, depuis le XVe siècle, les Rajasthanais, et plus largement tous les Indiens, vénèrent les rongeurs dans le temple de Karni Mata, situé près de la ville de Bikaner.

Des milliers de rats se faufilent entre les murs

Le rat est ainsi vénéré comme n’importe quel dieu en Inde : on lui aménage une vie de roi dans un temple en marbre, on le nourrit comme un pacha et on lui fait des offrandes de sucreries. Ce temple grouille donc littéralement de petits rats noirs agités : des milliers d’entre eux se faufilent le long des murs, des colonnes, passent entre les jambes des touristes, tant ils sont habitués à leur présence. On est ici clairement chez eux, et gare à vous si vous en écrasez un qui est passé sous vos pieds : vous devrez alors faire une offrande bien plus conséquente. Les visiteurs les plus dévots suivent les conseils des prêtres et vont manger les sucreries qui ont été touchés ou grignotés par les rats. Comme le rat est un dieu ici, tout ce qu’il touche est en effet sacré.

Nourris et logés comme des rois

Mais une telle affection a un impact sur la santé de ces rats. En effet, car un rat grandit généralement dans des milieux hostiles, comme tout animal sauvage, il est censé se battre pour chercher son alimentation, composée d’insectes, de graines ou de tout reste de nourriture qu’il trouve. Dans ce temple, c’est tout l’inverse : les rats sont logés et nourris comme des rois, avec une alimentation extrêmement sucrée. Aussi, beaucoup d'entre eux deviennent léthargiques et obèses. On voit donc un grand nombre de rats avachis dans le temple, repus comme des adolescents qui auraient abusé de fast food, et qui dorment les uns sur les autres. La seule chose qu’ils doivent faire par eux mêmes, c’est se reproduire, ce qu'ils semblent faire avec beaucoup de dévotion, puisque la population de rats foisonne dans le temple de Karni Mata.   

Depuis le XVe siècle, les Rajasthanais, et plus largement tous les Indiens, vénèrent les rongeurs dans le temple de Karni Mata, situé près de la ville de Bikaner.
Depuis le XVe siècle, les Rajasthanais, et plus largement tous les Indiens, vénèrent les rongeurs dans le temple de Karni Mata, situé près de la ville de Bikaner. (LUIS ?NGEL REGLERO / EFE)