Cinéma week-end, France info

César 2015 : le triomphe de Timbuktu !

Abderrahmane Sissako, Pierre Niney et Adèle Haenel sont les grands vainqueurs de la 40e cérémonie des César, placée hier soir sous le signe de la jeunesse et de l'ouverture au monde.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(© Maxppp)

Meilleur son, meilleure photo, meilleure musique, meilleur scénario, meilleur montage, meilleur réalisateur, meilleur film, Timbuktu a emporté le cœur des votants. Le plaidoyer d’Abderrahmane Sissako contre l'obscurantisme a récolté au total sept trophées et fait du cinéaste mauritanien le premier réalisateur africain ainsi sacré aux César.

 

Abderrahmane Sissako est né en Mauritanie mais a passé son enfance au Mali. Ce pays qu'il n'a pas supporté de voir détruit, agressé, assiégé, par les djihadistes il y a deux ans. Ce pays qu'il a vu résister et auquel il rend hommage dans son film en opposant à la folie religieuse, la beauté des paysages et des visages, la musique, l'humour et l'imaginaire.

Un succès public

Si le jury du festival de Cannes l'avait oublié dans son palmarès au mois de mai dernier, les spectateurs eux ne s'y sont pas trompés.  Ils sont déjà plus de 800.000 à être allés le découvrir... Les récompenses hier soir sont enfin arrivées, fissurant presque la réserve élégante qu'Abderrahmane Sissako garde en toutes circonstances.

 

 Est-ce ce le désir de garder l'espoir, de croire en l'avenir ? Le palmarès des César, au côté d'Abderrahmane Sissako, fait en tout cas la part belle aux très jeunes comédiens. Sacrés meilleure actrice et meilleur acteur dans Les combattants et Yves Saint-Laurent , Adèle Haenel et Pierre Niney n'ont que 25 ans.

 

 Adèle Haenel n'a qu'une idée en tête, continuer de rêver, de faire des films un peu fous, décalés, originaux comme Les combattants , et son couple d'amoureux en mode survie...

(© Maxppp)