Chroniques du ciel, France info

Filippo Bagnato a quitté ATR

Une page de l'histoire d'ATR, le petit frère d'Airbus, se tourne. Atteint par la limite d'âge, Filippo Bagnato tire sa révérence après avoir présidé aux destinées du constructeur franco-italien pendant près de 7 ans, entre 2004 et 2007 puis entre 2010 et 2014. Il laisse à son successeur, Patrick de Castelbajac, une entreprise florissante et un bilan très enviable.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(© Filippo Bagnato)

Diplômé du prestigieux Politecnico de Turin, Filippo Bagnato a mené avec brio une carrière internationale au service de l’industrie aérospatiale italienne. Très jeune, il a  travaillé pendant deux ans chez Boeing. Il a dirigé entre autres fonctions la division spatiale d’Aeritalia, a présidé le conseil d’administration de Lockheed Martin Alenia Tactical Transport Systems (programme C-27J) et, plus tard, a dirigé le consortium Eurofighter.

 

Une page de l'histoire d'ATR, le petit frère d'Airbus, se tourne. Atteint par la limite d'âge, Filippo Bagnato tire sa révérence après avoir présidé aux destinées du constructeur franco-italien pendant près de 7 ans, entre 2004 et 2007 puis entre 2010 et 2014. Il laisse à son successeur  Patrick de Castelbajac, une entreprise florissante et un bilan très enviable. Pourtant, lorsque Filippo Bagnato est arrivé à la tête d'ATR, l'entreprise était moribonde avec un carnet de commandes désespérément vide. C'était l'époque de la « Jetmania » où les avions à hélices, les turbo-pro étaient considérés par les compagnies régionales comme presque ringards. L'envolée du prix du pétrole a donné un sérieux coup de pouce à ATR et Filippo Bagnato a su intelligemment en tirer profit. Avec des coûts d'exploitation inférieurs de 40% par rapport aux petits jets de 50 places, Filippo Bagnato a su convaincre les compagnies aériennes de l'intérêt de ses avions dans de nombreux pays émergents. Aujourd'hui, l’avionneur franco-italien a vendu 1.435 bi-turbopropulseurs régionaux depuis sa création en 1980 dont 779 commandes enregistrées sous la double mandature de l’ingénieur turinois. ATR sort chaque année de ses usines toulousaines près de 80 avions par an, pas grand chose à envier à son voisin Airbus. Filippo Bagnato.

   

Filippo Bagnano a dirigé ATR à deux reprises, de 2004 à 2007 puis de 2010 à 2014.

Filippo Bagnato quitte ATR et la vie rose avec un seul regret. Il n'aura pas réussi a convaincre ses actionnaires, dont Airbus Group de l’intérêt de lancer un bi-turbopropulseur de 90 places malgré un marché clairement identifié. Adieu Toulouse, Filippo Bagnato va retrouver sa ville Turin, pour dit-il faire du sport, c'est un fan de ski, un peu de consulting et se consacrer à ses petits enfants.

En quelques télégrammes, 

Les bons chiffres de la sécurité aérienne en 2013, même si forcément, il vous reste à l'esprit la disparition du vol MH370 de Malaysia Airlines, il y a près de quatre mois.  Selon l'Agence Européenne de la Sécurité Aérienne, 18 accidents ou incidents graves  ont été déplorées, mais aucune victime en matière d'aviation commerciale, pour plus trois milliards de passagers transportés, l'an dernier. Triste paradoxale ou problème de communication. L'avion reste le moyen de transport le plus sûr du monde.

Cette fois, c'est officiel. Après plusieurs mois de négociations difficiles, Etihad entre dans le capital d'Alitalia à hauteur d'un peu moins de 50%, limite imposée par l'union Européenne pour maintenir le statut communautaire de l'entreprise. L'avenir de la compagnie italienne sera désormais décidé depuis Abu Dhabi.

Enfin, l'Aéroclub de France, se mobilise pour réparer les avions de collection, de la Ferté Alais au sud de Paris, sérieusement endommagés par un orage d'une extrême violence dans la nuit de lundi à mardi dernier. Des grêlons, gros comme des balles de tennis ont perforé le hangar du musée volant. Un appel aux dons est lancé par l'Aéroclub de France.

**Vous pouvez adresser vos dons à :

Aéro-Club de France – Musée Volant

6 rue Galilée 75016 PARIS**

{% gallery %}

En attendant la semaine prochaine, retrouver plus de Chroniques du ciel sur notre page Facebook et sur notre 

(© Filippo Bagnato)